Focus sur 6 labels cosmétiques

Focus sur 6 labels cosmétiques

Comment ne pas s’égarer au pays des cosmétiques ? Conventionnels, bio, naturels, organiques, Vegan, Cruelty free, Slow, Natrue, quel label choisir, à qui se fier ? Pourquoi sur certaines étiquettes on peut avoir 97% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, alors que sur d’autres 95 % des ingrédients sont d’origine naturelle ? Pas facile alors de s’y retrouver…. En effet, plusieurs labels cosmétiques co-existent, avec des cahiers des charges et des référentiels différents, car il n’existe pas à l’heure actuelle de réglementation générale sur le sujet. En effet, le logo AB et européen ne concernent que les denrées alimentaires, les cosmétiques écologiques comme les produits d’entretien bénéficient eux, d’autres mentions. Afin d’éclairer toutes les lanternes, on fait le point sur 6 labels cosmétiques importants :

Labels cosmétiques : COSMOS, un label européen

Labels cosmétiques : Label Cosmos

Cosmetic Organic Standard (COSMOS) est une norme privée européenne développée par cinq membres fondateurs :

  • BDIH (Allemagne),
  • Cosmébio (France),
  • ECOCERT Greenlife SAS (France),
  • ICEA (Italie)
  • Et enfin, Soil Association (Grande Bretagne). 

Ils ont tous été réunis en association internationale, afin de fixer des exigences minimales communes, d’unifier les règles de certification des cosmétiques biologiques et naturels, et de défendre leur filière auprès des institutions.

Cette association internationale base ses principes sur ce référentiel :

  • D’abord, promouvoir l’utilisation d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, une production et une transformation respectueuses de l’environnement et de la santé.
  • Et enfin, intégrer et développer le concept de « chimie verte ».

Les principes de COSMOS :

  • En premier lieu, tous les ingrédients et ses dérivés doivent être non pollués.
  • Par ailleurs, le produit fini ou ses ingrédients ne doivent pas être soumis à des ionisations (rayons alpha, beta, gamma, X,…).
  • Les ingrédients ne peuvent être OGM
  • Interdiction des tests des produits finis sur les animaux, conformément à la législation européenne.
  • Le conditionnement doit quant à lui être respectueux de l’environnement, recyclable et peu énergivore. On le réalise ainsi avec des matériaux qui possèdent une filière de valorisation matières, tandis qu’on interdit le suremballage (comme le fait de cellophaner les étuis).
  • Les pulvérisateurs, atomiseurs ou brumisateurs utilisant un gaz sous pression tel que du propane, du n-butane, ou de l’isobutane sont interdits.
  • Enfin, l’entreprise doit s’engager dans une démarche d’amélioration de la gestion des déchets : réaliser un tri sélectif, recycler ou traiter tous les déchets.

Labels cosmétiques : Nature et Progrès, label exigeant

Labels cosmétiques : label Nature & Progrès

C’est une « mention » qui s’obtient suite à des contrôles effectués par une association de professionnels et de consommateurs. Le cahier des charges est le plus exigeant et comprend un volet social et solidaire : échanges équitables, financement social et éthique, activités à taille humaine, circuits courts, maîtrise de la mécanisation…

Les critères Nature & Progrès :

Comme pour l’alimentation, la charte Nature &Progrès pour les cosmétiques est un des labels les plus restrictifs :

  • Interdiction des matières premières d’origine animale, sauf les produits issus de la ruche (miel, gelée royale, propolis et cire), les produits lactés frais ou lyophilisés (lait, protéines de lait, petit lait, babeurre), les œufs et ovo-produits, et la lanoline.
  • Interdiction des techniques faisant appel à la manipulation génétique (OGM).
  • L’utilisation de l’huile de palme et de ses dérivés est interdite également. C’est aussi le cas pour les matières premières issues d’espèces en voie de disparition.
  • Seules les matières minérales dont l’extraction n’engendre pas de pollution, ni de dégradation du paysage sont autorisées.
  • Les matières premières doivent être obtenues par des procédés physiques ou chimiques simples.
  • Interdiction des colorants, parfums, antioxydants, émollients, huiles et graisses, silicones, paraffine et autres ingrédients d’origine pétrochimique et/ou de synthèse.
  • Une marque peut être labellisée Nature & Progrès si minimum 70% de ses produits commercialisés le sont.
  • Refus des produits suremballés : Nature &Progrès privilégie, autant que possible, le commerce en vrac.
  • Incitation à une politique de maîtrise des déchets et à l’utilisation de matières recyclables.
  • Une politique énergétique alternative basée sur le recours aux énergies renouvelables.
  • La prise en compte du bien-être animal, considéré comme être sensible et dont on respecte les besoins physiologiques et comportementaux. On porte ainsi une attention particulière à leur alimentation et à leur confort.

NaTrue

Labels cosmétiques : Label NaTrue

Cette association internationale à but non lucratif a pour ambition de proposer un label harmonisé pour la cosmétique naturelle. Elle délivre son label aux produits dont les formules répondent à plusieurs critères assez communs à tous les labels de cosmétiques naturelle et biologique :

  • Des ingrédients naturels et bio,
  • Une ionisation interdite,
  • Pas de parfum ni de colorant de synthèse,
  • Pas de produits pétrochimiques,
  • Et enfin, pas d’OGM.

Les trois niveaux de certification NaTrue :

Trois niveaux de certification sont possibles :

  • Cosmétiques naturels : c’est la base du label NaTrue, qui garantit une naturalité maximale. Il définit quels sont les ingrédients autorisés, ainsi que leur mode de transformation. Les produits des niveaux suivants doivent d’abord respecter les critères de ce premier niveau.
  • Cosmétiques naturels en partie bio : en plus des exigences “cosmétiques naturels”, le produit doit contenir au moins 15% de substances naturelles. Au moins 70% de ces ingrédients naturels doivent provenir de productions biologiques contrôlées.
  • Cosmétiques biologiques : en plus des exigences précédentes, le produit doit contenir au moins 20% de substances naturelles. Au moins 95% d’ingrédients naturels doivent également provenir de culture biologique contrôlée.

Labels cosmétiques : Quid du label Vegan ?

Label vegan crueltyfree

Cette association a été fondée en 1944 en Angleterre. C’est la référence internationale pour les produits vegan (produits exempts d’ingrédients d’origine animale ou issus de sous-produits animaux et garantissant qu’aucun test n’a été effectué sur eux).

Le mot «animal» désigne ici le règne animal entier, vertébrés et invertébrés multicellulaires. Les OGM sont autorisés mais ne doivent pas avoir impliqué des gènes animaux ou des substances d’origine animale. Il est alors oligatoire d’étiqueter les produits qui contiennent des OGM comme tels. Ce label ne garantit pas les produits issus de l’agriculture biologique. Ce label Vegan Society certifie uniquement les produits, et non la marque, ni le groupe possédant la marque. En résumé, c’est un label avec peu d’exigences.

Le sigle EVE VEGAN labellise les produits végétaliens et végans, qui n’impliquent aucune substance animale, ni de tests sur les animaux. Ce label est avant tout un marqueur de confiance. Il atteste ainsi du contrôle du produit ou du service par un organisme tiers indépendant spécialiste de la conformité végan.

Les 4 niveaux de conformité Label Vegan :

Quatre niveaux de conformité existent :

  • 01 : Produit végétalien / vegan ;
  • 02 : Produit végétalien / vegan à 95% minimum d’ingrédients issus de l’agriculture bio-végétalienne certifiée ;
  • 03 : Service reconnu de qualité exclusivement végétalienne ;
  • 04 : Produit issu de l’agriculture bio-végétalienne certifiée ;

La PETA, organisation internationale de lutte contre la violence animale (fourrure, cuir, cirques…) et les expérimentations sur les animaux, délivre ce label.

Les 2 types de certifications Label Vegan :

Cette organisation délivre deux types de certifications, avec des contrôles très stricts :

  • Cruelty Free : cette certification garantit l’absence de tests sur animaux à tous les stades de fabrication (matières premières et produits finis) et s’étend à la totalité des produits de la marque.
  • Cruelty Free & Vegan : cette certification garantit quant à elle qu’une marque ne teste pas sur les animaux. De même, ses produits ne contiennent aucun ingrédient d’origine animale (pas même de miel ou de cire d’abeille). La certification garantit le respect de ces critères pour tous les produits de la marque.

La Mention Slow cosmétique

Mention Slow Cosmétique

La Slow Cosmétique est quant à elle une mention, et non un label. Comme un célèbre guide gastronomique, l’association remet chaque année la «Mention Slow Cosmétique» à des marques cosmétiques qui valent le détour. Elle ne s’intéresse pas qu’à la formule, le marketing doit aussi être sain et raisonnable. Indépendante de tout label “bio” déjà existant, la Mention Slow Cosmétique ne s’y substitue pas. En revanche, elle guide les consommateurs vers des produits et services inscrits dans une démarche globale engagée pour une beauté raisonnable. 

Des bénévoles experts étudient le dossier remis par chaque marque candidate. Puis, après évaluation par ses membres, le bureau de l’Association se réunit pour délibérer. La marque se voit récompensée pour la noblesse de ses formules, mais aussi pour son engagement en faveur d’une cosmétique plus intelligente, plus raisonnable, plus écologique et plus humaine.  

Les critères :

La Mention est attribuée quand une marque répond à une majorité des critères fixés par la Charte officielle de la Slow Cosmétique :

  • Une​ ​cosmétique​ ​« écologique » : des ingrédients naturels et biologiques les moins transformés possible. Ainsi, elle exclue tout ingrédient issu de la chimie de synthèse ; de la pétrochimie ; de l’industrie plastique ; ainsi que tout ingrédient potentiellement polluant pour l’environnement ou l’organisme. Elle s’efforce par ailleurs de privilégier les circuits courts, le local et le zéro déchet.
  •  ​Une​ ​cosmétique​ ​«​ ​saine » : une cosmétique respectueuse du vivant, de la santé ​de l’Homme, du végétal et de l’animal. La Slow Cosmétique exclut les tests sur les animaux, ainsi que toute exploitation animale provoquant la souffrance ou la mort.
  • ​Une​ ​cosmétique « intelligente​ ​»  et  « raisonnable » : La Slow Cosmétique reconnaît les besoins dermatologiques fondamentaux de la peau (nettoyage, hydratation et protection…). En revanche, elle estime que l’on n’a pas besoin de multiplier les produits ou les gestes inutilement. Le rapport qualité/prix du produit doit quant à lui être honnête, éthique, et respectueux des conditions de travail humaines.

Cosmébio, label cosmétique français

Labels cosmétiques : label Cosmébio

Née en 2002, l’association française de la cosmétique bio Cosmébio réunissait alors une dizaine de laboratoires désireux de protéger les consommateurs des abus. Aujourd’hui, elle comprend plus de 450 sociétés adhérentes. Première création de l’association, la charte Cosmébio, reprenant 5 engagements phares :

  • Une composition propre, 95% des ingrédients au moins étant naturels, voire bio, selon les différents degrés de certification.
  • La protection de l’environnement, les techniques potentiellement impactantes pour la nature étant exclues et les emballages raisonnés.
  • La valorisation des collaborateurs et partenaires, notamment via un commerce équitable et solidaire.
  • Le respect des animaux, les produits n’utilisant que des ingrédients naturellement produits par les animaux hormis le carmin. Les tests sur les animaux s’avèrent bien entendu interdits.
  • Un marketing responsable et transparent, les étiquettes des produits devant mentionner les informations nécessaires au consommateur pour faire son choix en conscience (par exemple, la liste des ingrédients…).

L’association a ensuite créé un cahier des charges technique, Ecocert puis Bureau Veritas s’en voyant confier le contrôle. Tous les produits qui se voient labellisés Cosmébio obéissent à ce cahier des charges.

Les 3 logos Cosmébio :

  • 1) Cosmétique Bio Charte Cosmébio : Indique que le produit répond aux critères de la 1ère charte Cosmébio, soit 95% minimum d’ingrédients naturels en tout (les eaux et minéraux étant considérés comme tels) ; 95% minimum d’ingrédients bio parmi les végétaux ; 10% minimum d’ingrédients bio en tout (eaux et minéraux étant cette fois-ci exclus).
  • 2) Cosmétique Nat Charte Cosmébio – Cosmos Natural : Le produit est naturel, en conformité avec la charte Cosmébio actuelle, soit environ 95% minimum d’ingrédients d’origine naturelle (les ingrédients issus de la pétrochimie étant autorisées, jusqu’à un certain dosage, étant indiquée dans une liste).
  • 3) Cosmétique Bio Charte Cosmébio – Cosmos Organic : Le produit répond aux critères de la charte actuelle Cosmébio, soit environ 95% minimum d’ingrédients naturels en tout (les ingrédients issus de la pétrochimie étant autorisées, jusqu’à un certain dosage, étant indiquée dans une liste ) ; 95% minimum d’ingrédients bio parmi les végétaux ; 20% minimum d’ingrédients bio en tout, 10% pour les produits à rincer et minéraux (eaux et minéraux exclus, ne pouvant être cultivés).

Bonus : vous souhaitez connaître la composition INCI d’un produit, mais vous ne maîtrisez pas ce langage ? On vous explique comment la décrypter (Voir l’article : “Décryptez les étiquettes de vos cosmétiques”) !

Deux sites vous permettent par ailleurs de savoir si votre produit préféré est “clean” ou pas :

Claire C.

1 Commentaire