Agriculture urbaine : petits espaces, grands effets !

agriculture urbaine

L’agriculture urbaine est une pratique qui se généralise. Dans les pays en voie de développement, ce type d’agriculture nourrit déjà des centaines de millions de personnes ! Et, en France, de plus en plus de personnes se penchent sur le sujet.

Qu’est-ce que l’agriculture urbaine ?

Comme son nom l’indique, l’agriculture urbaine est une agriculture qui est effectuée… En ville ! Malgré l’espace réduit, on assiste à des trésors d’ingéniosité :

  • Plantations ou mise en place de ruches sur les toits
  • Mais aussi, jardins partagés ou éducatifs
  • Plantation d’arbres fruitiers ou de légumes en libre-service dans l’espace urbain (comme par exemple l’association « Les Incroyables Comestibles »)
  • Mini-élevages urbains (comme par exemple la création de poulaillers collectifs)
  • Fermes urbaines en périphérie des villes (qui vendent leur production mais se tournent également vers l’agrotourisme)

L’agriculture urbaine a donc plusieurs visages, dont le point commun est de cultiver en ville : il peut s’agir aussi bien d’un simple loisir, comme le jardinage pour son plaisir, mais aussi d’une activité commerciale ou encore de projets éco-citoyens.

Dans tous les cas, cette forme d’agriculture présente bien des avantages :

Les avantages de l’agriculture urbaine

agriculture urbaine : potager au balcon

Réduire l’impact écologique

Exit les légumes qui viennent de l’autre bout de la Planète, bonjour les petites courges qui ont poussé juste en bas de chez vous !

Evidemment, plus la production est locale, moins elle émet de CO2 et est coûteuse en énergie fossile.

L’impact écologique des circuits courts est donc ultra positif, d’autant plus que ces initiatives contribuent à un enrichissement de la biodiversité.

Réduire les coûts

Forcément, moins loin = moins cher, la plupart du temps.

La vente directe baisse en effet considérablement le prix de la production, puisque il n’y a pas cinquante intermédiaires qui pratiquent chacun leur marge !

Et, dans les cas où cette forme d’agriculture est portée par des particuliers ou des associations, les fruits et légumes sont le plus souvent gratuits !

Créer des emplois 

Entre la production, la vente et la distribution, des emplois peuvent être créés. Certaines associations emploient même des personnes éloignées de l’emploi pour les aider dans leur réinsertion !

Favoriser le lien social

agriculture urbaine : jardins partagés

Pour moi, favoriser le lien social est l’un des principaux avantages de l’agriculture urbaine.

Les lieux de plantations deviennent ainsi des espaces de rencontre entre les personnes vivant dans le quartier. En effet, ils visent à resserrer les liens entre les habitants et développer la solidarité. Il y a souvent beaucoup d’enthousiasme autour des projets d’agriculture urbaine !

Ce sont également des espaces d’éducation au jardinage, à l’environnement, à l’alimentation saine.

Par ailleurs, les petits citadins sont parfois déconnectés de la terre. Or, il n’est jamais trop tard pour leur faire (re)découvrir les légumes ! Suis-je la seule à avoir été traumatisée par ce reportage dans une école auprès d’enfants de 8/10 ans qui ne savaient pas reconnaître une aubergine ?!

Les citadins mènent en effet, aujourd’hui, une vie totalement « hors sol », déconnectée des cycles de la nature. Or, toutes les initiatives d’agriculture urbaine leur permettent de mieux comprendre la saisonnalité des fruits et légumes. Elles leur offrent aussi de mettre les mains dans la terre et ainsi d’avoir une activité qui les change de leur sédentarité habituelle !

L’agriculture urbaine est-elle réellement efficace ?

agriculture urbaine

Eh bien, oui ! En effet, petit espace ne veut pas dire petite production.

Comme nous l’avons vu juste au-dessus, un des principaux avantages de l’agriculture urbaine est le lien social et le lien à la terre, qui sont des bénéfices inquantifiables.

Mais, lorsque que ce type de pratique est utilisé pour nourrir les populations urbaines, on se rend compte que le rendement peut être très important malgré le manque de place.

De toute façon, même pour les petites fermes situées aux périphéries des villes, le prix des terres est forcément plus élevé qu’en pleine campagne… Donc, elles ne peuvent pas rivaliser en terme d’espace avec les exploitations classiques.

Les exemples foisonnent sur Internet de jardiniers qui parviennent à produire des dizaines, voire des centaines de kilos de légumes sur des espaces de quelques dizaines de mètres carré seulement !

Pour aller plus loin, je vous invite vivement à regarder le documentaire « Demain » réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent qui met en lumière ce genre d’initiatives. Il vous mettra à coup sûr du baume au cœur !

Marie Duboin, auteure du blog La Salade à Tout

Laisser un commentaire