Ces plantes méconnues : le millepertuis

Il existe une grande variété de Millepertuis, l’espèce dont nous parlerons aujourd’hui est l’Hypericum Perforatum. Millepertuis vient de l’ancien français pertuis qui signifie « trou », en référence à l’espèce commune européenne Hypericum Perforatum, dont la feuille semble percée de nombreux petits trous quand on l’observe par transparence. En fait, ce sont des glandes translucides , qui renferment une précieuse huile essentielle. Elle est également appelée « Herbe de la st Jean« , car elle fleurit aux alentours du 24 juin
Cette plante sauvage fleurit sur les bords des chemins, aux lisières des forêts, en prairies, et principalement sur des sols calcaires. On la trouve dans toute l’Europe, mais aussi en Asie, en Afrique du Nord, et en Amérique du Nord. Aujourd’hui son importation vient majoritairement des pays d’Europe de l’Est : Serbie, Bulgarie, Pologne, Roumanie, Ukraine…

Le millepertuis perforé est utilisé en médecine depuis l’Antiquité, notamment sous la forme de macérât huileux : les sommités florales macèrent dans de l’huile végétale (le plus souvent de l’huile d’olive) trois semaines minimum, afin de pouvoir « extraire » les principes actifs de la plante. La couleur rouge de cette macération provient de l’hypéricine, un pigment rouge aux vertus anti-inflammatoires, cicatrisantes, hémostatiques et antalgiques. Attention tout de même, cette huile peut se révéler photosensibilisante. Elle s’utilise en applications locales, en compresses, en cataplasmes, en frictions ou en massages, ou bien pour composer une huile de soin.
Cette huile sera efficace sur :

  • les brûlures,
  • les coups de soleil
  • les douleurs articulaires,
  • les plaies,
  • les petites infections,
  • les contusions
  • les démangeaisons
  • les rougeurs cutanées (apaisant)

Au Moyen-âge, Hypericum perforatum est associée à la magie blanche, on l’appelle alors « chasse-diable« , car elle faisait fuir les esprits tourmenteurs et la mélancolie. En 1818, cette plante est inscrite à la pharmacopée française, puis fini par tomber dans l’oubli à la fin du  XXème siècle. Et on redécouvre aujourd’hui certaines de ses propriétés thérapeutiques, c’est même devenu le traitement phytothérapeutique le plus répandu contre l’anxiété, le stress, et la dépression légère à modérée. Il est aujourd’hui autorisé à la vente en tant que médicament, car de nombreuses études cliniques ont prouvé son efficacité. La dernière étude (2005) montre que le millepertuis est tout autant efficace sur la durée que l’antidépresseur de référence (l’Imipramine), qu’il est mieux toléré et qu’il entraîne moins de risques de rechute.
On le trouve sous différentes formes :


Attention toutefois aux contre-indications :

  • le millepertuis ne doit pas être utilisé lors d’un traitement contraceptif oral, car il réduit son efficacité,
  • lors d’un traitement contre le cancer, en raison des interactions médicamenteuses,
  • lors de la prise de certains traitements utilisés contre le VIH, en particulier en raison de possibles problèmes cardiaques,
  • le millepertuis peut provoquer arythmie et tachycardie chez certains sujets.

Connaissiez-vous cette plante ? Quelle utilisation en faites-vous ?

1 Commentaire

Laisser un commentaire