Ces plantes méconnues : le plantain

On trouve du plantain dans toute l’Europe, il en existe une vingtaine de variétés : plantain majeur, plantain lancéolé, grand plantain, etc… Nous nous concentrerons aujourd’hui sur le plantain lancéloé, de son nom latin Plantago Lanceolata, appelé aussi « oreille de lapin » ou encore « herbe à cinq côtes ». Cette plante commune est extrêmement facile à trouver et à reconnaître. On la trouve partout de 0 à 2000 m d’altitude, elle mesure de 15 cm à 30 cm suivant le sol, le taux d’humidité, l’ensoleillement, dans les prés, les prairies, les jardins, les pelouses, etc… Et on peut la ramasser quasiment toute l’année. Je vous invite donc à découvrir cette plante aux nombreux bienfaits.

Attention : lorsque l’on pratique la cueillette sauvage, on respecte mère nature, en ne prélevant que ce dont on a besoin. Privilégiez des zones non-traitées, car même si le plantain n’a pas de contre-indication, les pesticides restent eux potentiellement dangereux.

Reconnaître le plantain :

  • La feuille en forme d’oreille de lapin ou de lance (lancéolé), comporte cinq nervures : une centrale et deux autres parallèles de chaque côté. Lorsque vous retournez la feuille, elles apparaissent en sur épaisseur.
  • Ces feuilles sont disposées autour d’un axe central en forme de rosette.
  • La hampe florale en forme d’épi possède de petites corolles blanches, et sa tige part du cœur de la rosette. On les trouve d’avril à octobre. Bien connue des enfants qui en font des minis catapultes 😉
  • Lorsque l’on froisse les feuilles, une odeur de champignons de sous-bois se dégage.

 

Les propriétés du plantain :

  • Le plantain est riche en vitamines (A, B1, B2, et C), en minéraux (fer, calcium, phosphore, magnésium), il contient également des glucides, des flavonoïdes, des tanins et du soufre. Mais il est surtout riche en mucilage, une substance végétale, constituée de polysaccharides qui gonflent au contact de l’eau en prenant une consistance visqueuse, comme un gel.
  • Le plantain a des propriétés anti-inflammatoires, anti-bactériennes, hémostatiques, anti-histaminiques. Il est également astringent, dépuratif, expectorant, adoucissant et antioxydant.

Les applications du plantain :

En cuisine : Une fois lavées, les jeunes pousses peuvent être consommées crues en salade, un régal avec du mesclun et une vinaigrette de framboise, ou encore comme pesto (avec de l’ail des ours par exemple). Les pousses plus épaisses seront réservées à la cuisson comme des épinards. Vous pouvez également les utiliser dans une quiche, dans un gratin, dans une soupe, ou encore en faire des chips… Les fleurs sont également comestibles, il faudra les torréfier pour leur ôter leur goût légèrement amer, et faire ressortir leur arôme de…. champignon !
En remède externe : réduites en bouillies les feuilles appliquées en cataplasme soulageront les piqûres d’insectes (moustiques, guêpes, abeilles, etc…), elles stopperont également les saignements dus aux écorchures de ronces et autres petites coupures. C’est la plante idéale pour les promeneurs !
En remède interne : il sera très utile pour soulager les inflammations des voies respiratoires, des muqueuses de la bouche (top contre les aphtes) et du pharynx. Cet expectorant naturel à haute teneur en silicium, pourra être utile en cas de toux et de rhumes. Mais, en interne, il est aussi utile pour lutter contre les infections urinaires, les hémorroïdes, ou encore la constipation.

Comment l’utiliser :

  • En infusion : 2 g de feuilles séchées pour 1 tasse d’eau frémissante (2 à 4 x par jour)., pour la toux, les bronches et la constipation.
  • En décoction : 10 g de feuilles et/ou fleurs séchées dans 1 litre d’eau, laissez bouillir 10 minutes, à utiliser en gargarisme ou lotion pour les aphtes et les maux de gorge.
  • En macérat huileux : laver, sécher et hacher vos feuilles de plantain, puis placez -les dans un bocal (type pot de confiture). Couvrez d’huile et laissez macérer au moins 3 semaines avant de filtrer. Cette préparation sera utile sur tous les problèmes de démangeaisons de la peau et même sur l’acné.
  • En sirop : mixer en quantités égales des feuilles fraîches de plantain et du sucre bio. Faire « épaissir » à feux doux une trentaine de minutes. En cas de toux, consommer à raison de 2 cuillères à soupe/jour/adulte ou 2 cuillères à café/jour/enfant. A conserver au réfrigérateur.

Voilà vous savez presque tout sur cette plante méconnue, si vous avez vous aussi des recettes à partager, n’hésitez pas à les partager en commentaire !

2 Comments

  • Bonjour, un article tres intéressant,je fais de la randonnée pedestre et du vtt en haut niveau, le plantain m’a deja évité des gros saignements. Très efficace et facile à utiliser, je plaque une feuille sur la coupure en la oressant bien pour faire sortir un peu de sève.

Leave a Comment