Courses écolo : livraison ou voiture ?

Je pense que je ne vous apprendrai rien en vous disant que le e-commerce explose, on s’en était un peu rendu compte ! Selon une étude réalisée pour la FEVAD (la Fédération du E-commerce et de la Vente A Distance), environ 200 millions de transactions sont effectuées chaque année en France. 2 français sur 3 ont recours régulièrement aux achats à distance. On est d’accord, c’est quand-même bien pratique de se faire livrer ! On fait nos achats bien confortablement installé sur notre canapé, à un moment où on est disponible et quelques jours plus tard, notre colis arrive, soit à notre domicile, soit en point relais juste à côté de chez nous. Mais, l’idée même de courses écolo est-elle compatible avec la livraison ?

Courses écolo et livraison sont-elles compatibles ?

Eh bien, je vous invite à lire la suite parce que mes petites recherches m’ont surprise ! Quand je pense « livraison », je visualise des gros camions – au mieux, quand ce ne sont pas des avions -, des emballages… Et une multitude de domiciles ou de points relais au lieu d’un magasin unique.

Instinctivement, je pensais donc que la livraison était moins écologique que l’achat en magasin. Or, ce n’est pas le cas !

Les étapes du chemin d’un produit avant qu’il arrive jusqu’à nous

Dans tous les cas, un produit est fabriqué puis acheminé vers un entrepôt.

En cas de vente en magasin : il est ensuite acheminé vers son lieu de vente, stocké dans cet endroit, et le client se déplace pour venir le chercher.

Dans le cas d’un achat par e-commerce : l’acheteur surfe sur internet pour l’acheter (n’oublions pas cela), puis le produit est acheminé près de chez lui.

Et, dans les deux cas, un retour du produit est possible.

Regardons tout ça de plus près :

Courses écolo : emballage VS stockage en magasin

Je ne sais pas vous, mais moi je n’avais pas du tout pensé à ça ! Je me disais que la livraison nécessitait un surplus d’emballage, point.

Sauf qu’en fait, je n’avais pas du tout en tête les ressources que nécessitent le stockage des produits dans un magasin : lumière, chauffage…

Et en réalité, il s’avère que ces ressources-là ont autant d’impact sur l’environnement, sinon plus, que les emballages.

courses écolo

Le déplacement du client

Partant du principe que l’acheteur va souvent se déplacer en voiture pour aller faire ses achats, forcément, son impact sera plus important que s’il est livré en point relais, où les tournées sont mutualisées.

En fait, c’est à ce niveau-là que se trouve quasiment tout l’impact négatif d’un achat en magasin, puisque la consommation internet et les emballages représentent une émission de CO2 bien moindre qu’un trajet en voiture.

On pourrait se dire : youpi, des courses écolo en ligne, c’est possible, bonne nouvelle ! Oui… Mais non.

D’un côté, on vient de voir que l’impact écologique de la livraison n’est pas si pire, par rapport à ce qu’on pourrait croire. Oui, j’ai écrit « pas si pire », parce que cette expression me fait rire.

La question du retour des produits

En cas de livraison, tout va bien jusqu’au moment où le client récupère son produit… Si ça s’arrête là ! A partir du moment où le client renvoie le produit (s’il ne lui convient pas, n’est pas à sa taille…), le e-commerce bascule du côté obscur de la force.

Or, pas de chance, c’est justement sur les achats en ligne qu’il y a le plus de retours, puisqu’en magasin, le client peut vraiment voir l’objet, l’essayer. Il y a donc moins de risques qu’il le ramène.

courses écolo et responsables

Acheter en ligne de manière responsable :

  • Avoir une liste et être organisé dans ses commandes : on évite d’acheter ses produits un par un, c’est mieux. La liste permet également de différer ses achats pour ne pas céder à une impulsion, et de ne rien oublier d’essentiel quand on passe commande.
  • Privilégier les sites qui font des efforts en matière d’emballage (récup’, emballage recyclable, éviction du plastique)
  • Privilégier la livraison en point relais plutôt qu’à domicile.
  • D’ailleurs, on n’y pense pas assez, mais on peut tout à fait faire des suggestions aux boutiques en ligne par mail ou par le biais du service client. Chez Greenweez, ils ont même une boite dédiée : idee@greenweez.com
  • Éviter au maximum de retourner les objets commandés : là encore, vous pouvez poser vos questions en amont aux sites par mail ou sur leurs réseaux sociaux afin d’éviter les surprises (« Comment taillent les vêtements ? », etc…)

Marie Duboin, auteure du blog La Salade à Tout

Laisser un commentaire