Crudivorisme : découvrir l’alimentation vivante

chia pudding

Alimentation vivante, raw food, alimentation crue ou crudivorisme … Cela doit forcément vous évoquer quelque chose, le sujet étant d’actualité sur la planète santé. Plus qu’une tendance, c’est une réflexion sur la façon dont notre nourriture sert notre corps et ses besoins. Je me suis longtemps dit que manger des crudités matin, midi et soir devait être triste comme un jour de pluie ! Mais c’était avant de m’informer sérieusement sur le crudivorisme. Je vous en parle ?

Manger cru : pourquoi ?

Qui dit alimentation vivante sous-entend que la nourriture cuite, par opposition, est … morte. Du moins les vitamines et les nutriments qu’elle contient. D’ailleurs, ne dit-on pas « C’est cuit ! » pour signifier « C’est fichu ! » ?

Opter pour des aliments biologiques, de saison, frais et crus serait le meilleur moyen de préserver leurs atouts nutritionnels. Faire germer des graines (de sarrasin, d’alfalfa, de poireau, de betterave,…) permet également de multiplier par 10 leur potentiel nutritionnel, incroyable mais vrai ! C’est notamment la raison pour laquelle il est vivement recommandé de laisser les oléagineux tremper pendant plusieurs heures avant de les utiliser dans une préparation. On parle alors d’activation des oléagineux. Magique, non ?

Manger cru, manger quoi ?

Les adeptes de l’alimentation crue sont généralement végétaliens et crudivores, c’est-à-dire qu’ils consomment exclusivement les aliments du règne végétal. On retrouve parmi eux : les fruits et légumes bien sûr, mais aussi les algues, les graines (lin, tournesol, chia, etc), les graines germées, le chocolat cru, les oléagineux. Manger de la viande, même crue, serait un non-sens par rapport au principe même du « vivant »…. La viande provenant d’un animal mort. CQFD. Les céréales, soupçonnées d’encrasser nos intestins, sont elles aussi exclues de ce type d’alimentation.

energy balls

Quand le crudivorisme met l’eau à la bouche…

Il est erroné de penser que les crudivores ne mangent que des aliments bruts : la cuisine vivante, aussi appelée « crusine » est pleine de surprise et de saveurs ! Peut-être connaissez les « energy balls » ou « boules d’énergies » ? Ces bouchées gourmandes en sont le parfait exemple !

Les noix de cajou permettent de réaliser des mets raffinés sucrés ou salés : une béchamel de cajou revisitée version crue (en mixant les noix avec de l’eau jusqu’à obtenir une texture lisse, et en l’agrémentant de noix de muscade) ou des préparations proches du fromage (avec du citron, du sel et du romarin).

Il est possible de manger cru… Et chaud ! En préparant, par exemple, une soupe crue : les légumes sont mixés avec des herbes et des épices et on y incorpore de l’eau chaude mais non bouillante. Les déclinaisons 100% crues sont infinies !

Les huiles végétales seront sélectionnées pour leur qualité « première pression à froid » pour garantir le respect des nutriments des matières premières.

Comment inviter le cru dans son assiette ?

La « cru’attitude » vous tente mais vous ne savez pas par où commencer ? Je vous donne quelques astuces que je mets moi-même en pratique pour m’initier chaque jour un peu plus à cette alimentation santé.
N’essayez pas de changer votre alimentation, du tout-cuit au tout-cru du jour au lendemain ! Au contraire, amenez du cru dans votre quotidien et transformez vos réflexes (presque) sans vous en apercevoir.

crudivorisme

Crudivorisme : les bons réflexes

  • Commencez la journée par un verre de jus maison (40% fruits et 60% légumes, de préférence verts). L’achat d’un extracteur de jus peut être judicieux.
  • Ayez toujours à disposition des « energy balls » dans le frigo (dans un bocal en verre) pour un grignotage malin.
  • Commencez le déjeuner par un bol de crudités, une portion équivalente à celle de votre poing (un colesmentation le crudicrulaw, une salade verte, des carottes râpées, etc).
  • Pensez au smoothie pour le goûter ! Un soupçon de cacao cru et hop, du magnésium et de la gourmandise en plus !
  • Faites germer vos graines dans votre cuisine, elles vous serviront à agrémenter un « avocado toast » ou une soupe.
  • Si vous possédez un déshydrateur, profitez-en ! A la belle saison, faites déshydrater des fruits rouges, des lamelles de melon, de la mangue, etc que vous conserverez toute l’année dans des bocaux.
  • Remplacez vos compotes de fruits par des compotes crues : mixez 2 poires bien mûres avec un soupçon de cannelle et une pointe de vanille (à conommer tout de suite pour éviter l’oxydation).

Simple, non ? A vous de jouer pour inviter la santé à votre table !

Stéphanie, consultante et formatrice culinaire chez La Véganista