Déodorants bio : les essayer, c’est les adopter !

Pourquoi passer aux déodorants bio

Pourquoi préférer les déodorants bio aux déodorants conventionnels ? Le déodorant est sûrement le produit d’hygiène qui fait le plus débat, et pour cause ! J’ai personnellement commencé ma transition vers le bio par les cosmétiques. En effet, c’est en prenant conscience de ce que je mettais sur ma peau que j’ai voulu changer mes habitudes. Sans aides particulières, assez seule dans ma démarche, j’ai transitionné comme j’ai pu il y a de cela 15 ans. Je vous explique pourquoi et comment sauter le pas à votre tour en adoptant les déodorants bio… Et vous dévoile ma botte secrète pour une transition tout en douceur : la détox des aisselles ! Prêt(e) ?

Je sue, donc je suis

Alors oui, la transpiration est un phénomène naturel qui touche TOUS les êtres humains. Et, comme tous phénomènes naturels, elle a un rôle pour l’organisme : celui de réguler la température de notre corps. En effet, c’est grâce à notre sueur que nous pouvons maintenir notre température interne autour de 37°.

Notre peau est un organe émonctoire : elle permet à notre organisme d’éliminer ses déchets métaboliques, la transpiration drainant les toxines (Voir l’article : « Je chouchoute mes émonctoires »).

Ce n’est pas la sueur elle-même, composée essentiellement d’eau et de sel, qui est responsable des mauvaises odeurs, mais son contact avec les bactéries présentes à la surface de la peau.

Déodorant, anti-transpirant, détranspirant…

Aujourd’hui, l’offre conventionnelle est large, signe que la demande est grande pour contrer un problème… Qui n’en est pas un !

Les déodorants :

Les déodorants agissent sur les fameuses bactéries responsables des mauvaises odeurs :

  • En les masquant par des actifs parfumants (contenant souvent des phtalates…).
  • OU En absorbant l’humidité avec des poudres (talc…).
  • OU en éliminant les bactéries grâce à des actifs bactéricides (alcool…).

Les anti-transpirants :

Les anti-transpirants viennent contrôler la quantité de transpiration, voire la stopper totalement. Et, si vous avez bien lu le début de cet article, vous comprenez la dangerosité de ces cosmétiques !

D’une part, la transpiration est très importante. Et, d’autre part, les actifs utilisés dans ces anti-transpirants sont décriés et suspectés délétères pour nos organismes. Vous comprenez d’autant plus pourquoi aucune marque bio ne vous proposera d’anti-transpirants.

Les détranspirants :

Prescrits par votre médecin/dermatologue en cas de transpiration excessive, il s’agit d’anti-transpirants ++.

Pourquoi se tourner vers les déodorants bio ?

Nos aisselles abritent des ganglions lymphatiques (acteurs de notre immunité) et sont proches des glandes mammaires des femmes. Il faut donc d’autant plus faire attention à ce qu’on leur applique. De plus l’épilation ou encore le rasage laissent notre peau lésée et offrent donc plus de brèches aux substances toxiques pour migrer dans notre organismes.

Déodorants conventionnels : des ingrédients décriés

Chaque année, de nouvelles études tendent à démontrer la toxicité des déodorants classiques. En effet, la plupart des déodorants classiques sont remplis d’ingrédients décriés comme :

  • les sels d’aluminium (on les trouve sous le nom de chloryde, chlorydrate, chlorydrex, chlorydrex PG, sesquichlorydrate, zirconium trichlorhydrex GLY ou encore chlorure d’aluminium)
  • les perturbateurs endocriniens : les parabens (butylparaben, propylparaben, méthylparaben, éthylparaben, parahydroxybenzoate de propyl), les phtalates (diéthylphtalate, DET), l’éthanol qui sont néfastes pour la thyroïde et les organes de reproduction, et le triclosan qui est nocif pour le fonctionnement du foie

Zoom sur les sels d’aluminium :

Les sels d’aluminium ont pour but de faire barrière et d’empêcher la sudation naturelle en resserrant les pores de la peau. Le phénomène de transpiration n’est agréable pour personne, c’est pourquoi les marques conventionnelles (et parfois bio) usent et abusent des sels d’aluminium.

Ils ont pourtant été retrouvés dans le lait maternel et pourraient être à l’origine du cancer du sein, de la maladie d’Alzheimer ou encore de maladies osseuses. L’aluminium est d’ailleurs interdit dans l’alimentation, alors pourquoi l’autoriser dans un produit qui laissera tout de même passer le plus gros des ingrédients à travers la peau ?

A l’inverse, en bio, on ne trouvera que des déodorants aux actifs « doux » type bicarbonate de soude, argile, huile de coco

« Oui, mais j’aime pas les auréoles sous les bras et je pue avec tes déodorants bio ! »

Alors certes, il va falloir accepter les auréoles sous les bras, c’est naturel, c’est humain, ça touche tout le monde… Et ce n’est pas grave. C’est même signe de bonne santé !

Astuce : si vraiment, lors d’un entretien d’embauche en chemise à manches longues au mois d’août, vous avez besoin de vous sentir au sec, collez un protège-slip bio dans votre manche au niveau de l’aisselle !

Ensuite, il va peut-être falloir tester plusieurs déodorants bio avant de trouver votre Graal. De même, il faudra peut-être aussi en remettre une fois ou deux dans la journée… Mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle?

Déodorants bio : déodorant stick vanille Ben & Anna

Les textures et les formes galéniques peuvent aussi vous surprendre. Ainsi, vous ne trouverez pas de bombes aérosols pleines de COV (composés organiques volatils). De même, la texture des sticks pourra vous paraître différente de vos déodorants habituels et de nouvelles textures vont vous étonner (crèmes, solides à l’aspect ‘savon’…).

Déodorants bio : déodorant solide Îles Marquises Bélice

Astuce : en attendant que vos proches et vous trouviez le déodorant bio qui vous convient le mieux, mettez-y vous à plusieurs. Partagez les déos solides, divisez les crèmes dans plusieurs contenants (pensez à la récup)…

Contenant vide pour cosmétiques maison

Vous avez de la chance, aujourd’hui l’offre est bien plus large!

L’ultime secret pour passer aux déodorants bio : la détox des aisselles

Je vous entends d’ici : « Quoi, encore une détox ? ». Je sais, le mot et le concept sont à la mode, mais je vous assure que c’est vraiment le conseil que j’aurais aimé recevoir il y a 15 ans. En effet, vos aisselles habituées aux déodorants conventionnels vont avoir besoin d’une bonne détox avant de passer au bio.

Je vous rassure tout de suite, la recette de ma détox est un DIY tout simple, avec peu d’ingrédients que vous avez déjà peut-être dans vos placards et qui vous resserviront énormément.

Argile en poudre

Les ingrédients :

Il vous faudra:

Argile blanche Argiletz

Le pas à pas :

  • D’abord, mélangez ces ingrédients pour faire une pâte.
  • Puis, appliquez cette pâte comme un masque sur vos aisselles.
  • Enfin, laissez poser 1/4 d’heure à 1/2 heure.

Au début de votre transition, faites cette détox une fois par semaine. Ensuite, vous pourrez la faire au besoin, lorsque vous aurez l’impression que votre déodorant bio n’est plus efficace.

Vous voilà paré(e) à arborer des aisselles belles et bio !

Céline Chieco, professeur de Yoga Nidra infusé de Reiki.

Laisser un commentaire