Des vacances au ski éco-responsables

Je choisis une station éco-responsable


Les stations de ski n’ont pas toujours bonne réputation quand il s’agit de préservation de l’environnement. Heureusement, elles s’en préoccupent de plus en plus.

Cela passe par le tri des déchets, une meilleure isolation des bâtiments, la protection des zones naturelles, le gestion des ressources en eau, ou encore l’utilisation d’énergies renouvelables.

Parmi les bons élèves : la station des Menuires, qui a été l’une des premières à décrocher la norme ISO 14001 relative au management environnemental, ou la station d’Avoriaz, qui a interdit les voitures en centre-ville.

En 2013, l’association Mountain Riders a créé un label, Flocon Vert, pour certifier l’engagement des destinations de montagne. Gouvernance, transport, énergie, aménagement, eau, déchets… Tout est passé au crible. Les deux premières stations a avoir été labellisées sont Les Rousses, dans le Jura, et Villars, en Suisse. On y retrouve désormais aussi Valberg, Chamrousse, Chamonix, et Châtel, ou encore La Pierre St Martin (Pyrénées).

Le label Green Globe, récompense toutes les organisations touristiques qui mettent en place une démarche environnementale. Créée en 1993, suite au Sommet de la Terre de Rio, Green Globe a établi une liste de plusieurs normes précises (ISO) reconnues par l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). 337 critères, dont 100 obligatoires : politique de développement durable, consommation d’eau et d’énergie, gestion des déchets, consommation de papier, utilisation de pesticides, emploi local…

Le Grand Massif est d’ailleurs devenu le premier domaine skiable au monde certifié Green Globe pour l’ensemble de ses remontées mécaniques, ses pistes et leurs services associés.

Je me déplace autrement


57% des gaz à effet de serre générés par les stations de ski proviennent du transport des vacanciers (Ademe / Mountain Riders / ANMSM). Une grande partie d’entre eux partent à la montagne en voiture, ce qui est loin d’être la meilleure solution.

On privilégie donc une station bien desservie par les transports collectifs (train ou bus), comme Métabief, La Norma ou Chamonix. A défaut, on opte pour le covoiturage.

Je m’équipe écolo


Un bonnet en matières recyclées, un pantalon made in France, un snowboard en fibre de lin, voire même des skis en bois durable… Voilà à quoi ressemble le ski d’aujourd’hui. De nombreux fabricants de matériel et de tenues techniques proposent désormais des produits éco-responsables.

Louer, ou acheter des tenues et des skis d’occasion ! Pas la peine de se ruiner pour six jours de ski par an !

J’essaye le slow ski


Une semaine de glisse vous épuise ? Et si vous tentiez le « slow ski » ? Ce concept né en Italie, dans la station de Bardonecchia, à 80 km de Turin. Il prône la tranquillité, le bien-être et la maitrise de sa vitesse à ski. En France, plusieurs stations ont aménagé des espaces « zen », à l’image des Deux-Alpes qui s’est dotée d’une « slow zone » où la vitesse est modérée.

Je n’oublie pas les écogestes


Même en vacances, on garde les bonnes habitudes. Certains gestes simples permettent de limiter votre empreinte sur l’environnement :

Utiliser un cendrier de poche lorsque l’on fume, car un mégot met 12 ans à disparaître et pollue. Sous certains télésièges, on peut retrouver jusqu’à 10.000 mégots par jour ! Pour information, un seul mégot peut polluer jusqu’à 3 m3 de neige…

Ne pas trop chauffer son logement. Pour rappel, baisser le chauffage de 1°C permet d’économiser 7 % d’énergie.

Limiter sa consommation d’eau.

Mettre dans son sac à dos une gourde plutôt qu’une bouteille en plastique. Y mettre également les déchets de son pique nique, car on ne laisse pas trainer ses déchets en pleine montagne ! Et penser à les trier une fois de retour à son hébergement.

Laisser un commentaire