DIY : Des sels de bain maison à (m’)offrir

Sels de bain maison

Constitués d’un mélange de sels et de parfums ou fragrances, colorés ou non, les sels de bain sont ajoutés par nos soins à l’eau… Du bain ! Si ces sels bienfaisants visent en premier lieu à nous offrir un moment de détente, ils possèdent par ailleurs bien des vertus ! Ainsi, selon les ingrédients utilisés, ils viennent adoucir notre peau, activer notre circulation sanguine, ou encore détendre nos muscles après un effort… Qui ne succomberait pas à leur charme ? Pour le plus grand bonheur du corps et de l’esprit, je vous propose donc une recette très simple de sels de bain, à décliner à l’infini…

Les différents sels

Deux types de sels s’avèrent particulièrement adaptés à la réalisation de sels de bain : le sel rose de l’Himalaya, ainsi que le sel d’Epsom :

Le sel rose de l’Himalaya

Sels roses de l'Himalaya

C’est au Nord du Pakistan, au pied de l’Himalaya, que se situent les fabuleux gisements du sel du même nom. Là-bas, point d’exploitation industrielle, mais une exploitation manuelle, à l’ancienne, qui a su préserver des savoir-faire vieux de plus de 2 000 ans. Surnommé “roi des sels”, il occupe une place importante en Ayurvéda, où il est considéré comme vieux de la création du Ciel et de la Terre, et donc issu de l’eau primordiale.

Non raffiné et non iodé, ce sel est réputé pour sa richesse en minéraux et en oligo-éléments comme le fer, le potassium, le magnésium, le calcium, le cuivre, le manganèse, le phosphore, mais aussi le zinc.

Le sel d’Epsom

Sel d'Epsom

Plus proche de nous que le sel de l’Himalaya, le sel d’Epsom tire quant à lui son nom de la ville éponyme, située dans le Sud de l’Angleterre. Ancienne cité thermale, la ville d’Epsom est en effet réputée depuis le début du XVIIe siècle pour la richesse de ses eaux en minéraux. Celui qu’on connaît sous le nom de sel d’Epsom n’a donc en réalité rien d’un sel, puisqu’il s’agit de sulfate de magnésium. Aujourd’hui, il nous vient de gisements souterrains.

De par sa richesse en magnésium et en soufre, le sel d’Epsom est réputé reminéralisant et détoxifiant. On l’utilise depuis la découverte de la source d’Epsom pour apaiser les affections cutanées, mais aussi soulager la constipation (c’est d’ailleurs ce qui en a fait la renommée initialement).

Mes sels de bain maison

Les ingrédients :

Pot en verre vide cosmétique, Anaé

Remarque : les huiles essentielles n’étant pas dispersibles dans l’eau, le sel s’avère un bon support pour les diluer dans l’eau du bain.

Le pas à pas :

  • Versez d’abord dans un bol 4 à 5 cuillères à soupe de sel rose de l’Himalaya ou de sel d’Epsom.
  • Ajoutez ensuite 5 à 10 gouttes d’huiles essentielles, vos poudres, pétales de fleurs… Ou tout autre ingrédient de votre choix.
  • Puis, mélangez bien et placez dans votre contenant.
  • Enfin, il ne vous reste plus qu’à mettre un joli ruban… Ou à aller vous glisser dans un bain réconfortant !

Quelques exemples de recettes de sels de bain

Mon sel de bain “le sportif”

Commençons donc notre petit tour d’horizon des sels de bain maison par ma recette destinée aux sportifs, aguerris ou amateurs :

Mon sel de bain “spécial rhume”

Poursuivons notre tour d’horizon par un sel de bain “spécial rhume”, spécialement pensé pour nous offrir détox et réconfort en cas de coup de froid :

Sel rose de l'Himalaya, Greenweez

Mon sel de bain “cocooning”

Mmmmh… Et si nous nous concoctions un sel de bain non pas pour soulager nos petits ou gros maux, mais pour le simple plaisir de nous offrir un moment aussi délassant que réconfortant ? Vous l’aurez deviné, cette recette de sel de bain toute douce est l’une de mes chouchoutes :

Sel d'Epsom, La Compagnie des Sens

Mon sel de bain “reminéralisant”

Enfin, passons au sel de bain reminéralisant, conçu comme son nom l’indique pour offrir à notre peau le plein de minéraux :

Huiles essentielles : précautions d’usage

Si vous souhaitez intégrer des huiles essentielles à vos sels de bain maison, sachez que celles-ci obéissent à quelques précautions d’usage, de par leur forte concentration en principe actif. Ainsi, elles sont très majoritairement interdites aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

Dans tous les cas, lisez attentivement les consignes d’utilisation données par le fabricant, et respectez les dosages de dilution préconisés, variables selon l’utilisation à laquelle votre préparation est destinée. La prudence veut par ailleurs que l’on fasse un test cutané dans le pli du coude avant utilisation d’une huile essentielle.

Astuce : hormis les personnes souffrant d’allergies, les personnes auxquelles l’usage des huiles essentielles est déconseillé voire interdit peuvent en principe se tourner vers les hydrolats et eaux florales. Ceux-ci présentent en effet des propriétés similaires, tout en étant plus doux, de par leur concentration moindre en principes actifs. (Voir les articles : “Huiles essentielles, eaux florales, hydrolats : quelles différences ?” et “Comment bien utiliser un hydrolat ?”)

Céline Chieco, professeur de Yoga Nidra infusé de Reiki.