Je réussis ma détox de sucre

détox de sucre

Aujourd’hui je vous raconte comment j’ai réussis ma détox de sucre tout en continuant à me faire plaisir !

Le sucre, un moment convivial pendant mon enfance

Depuis mon enfance, les desserts et les goûters ont toujours eu une place importante.

Quand j’étais adolescente, presque tous les dimanches, on allait chez ma grand-mère pour un goûter pantagruélique avec viennoiseries à volonté et gâteaux divins ! Ce moment convivial et familial est resté gravé dans ma mémoire. J’ai malheureusement vite associé sucre et plaisir dans ma tête …

Heureusement, ma mère a toujours cuisiné sainement en salé, ce qui m’a permis globalement de garder un poids stable.

Mon addiction au sucre, de 23 ans à 39 ans

Quand je suis partie de chez mes parents, je me suis un peu lâchée… j’avais un placard entier dédié aux biscuits… j’en prenais même le matin ! Pour éviter de prendre du poids, je mangeais sainement et léger en salé pour m’accorder un gros dessert.

Je réussi ma détox de sucre

Après mon 1er enfant, j’ai tout de même changé mes petits déjeuners en version healthy, histoire d’avoir bonne conscience.

Puis, pendant ma 2e grossesse, je me suis retrouvée avec un diabète gestationnel… Mon médecin ne m’a donné que très peu d’information à part réduire le sucre au maximum. C’était déprimant, surtout que j’étais alitée pour risque d’accouchement prématuré, donc je ne pouvais pas cuisiner. J’ai été très stricte avec moi-même pour mon bébé mais j’ai mangé sans plaisir. Je n’ai pris que 6 kg alors que mon bébé en pesait 4 à la naissance !. Juste après avoir accouché, je me suis ruée sur le sucre… Trop de frustrations accumulées !

Puis, j’ai repris mes anciennes habitudes et j’ai oublié cette période. Avec 2 enfants et un travail prenant, je ne pensais plus vraiment à moi.

A l’aube de mes 40 ans, la remise en question

39 ans, tic, tac… J’arrivais bientôt à la quarantaine et depuis 2 ans, 5 kilos s’étaient installés (sans changer mes habitudes alimentaires), ce qui commençait à m’inquiéter.

Un jour, j’étais invitée chez une amie et chez elle, il y avait un livre de cuisine qui proposait des gâteaux avec moins de sucre. A ce moment-là, j’ai eu comme un déclic dans ma tête. Et si, c’était ça la solution pour perdre mes kilos en trop tout en gardant le plaisir de déguster encore quelques douceurs ?

détox de sucre dessert

J’ai alors mené mon enquête et lu une dizaine d’ouvrages sur le sucre. Ils m’ont fait comprendre l’importance de le réduire mais aussi de faire attention en salé (féculents, farines).

Ayant un père et un frère en prédiabète, j’avais un mauvais terrain génétique, il fallait que j’agisse !

Ma détox de sucre

Sucré

Début mai 2019, j’ai commencé en réduisant simplement le sucre de mes gâteaux. Je me suis rendu compte que cela passait très bien.  

Côté boisson, pas de problème, je ne buvais que de l’eau, du thé et des tisanes sans sucre, ni édulcorant. Ouf, une étape en moins à franchir.

J’ai continué sur ma lancée et je me suis attaquée d’abord à mon problème numéro 1, les desserts et goûters. J’ai remplacé mes biscuits ultra sucrés par des petits biscuits ou des céréales granola fortement réduits en sucre. Le goût était correct mais pas fou (ce qui m’a évité d’en manger trop !) avec quelques oléagineux. Le manque de vrai sucre était présent mais le côté rassasiant m’a permis de tenir le coup.

détox de sucre goûter

Ensuite, j’ai attaqué mon problème numéro 2, le chocolat au lait. Petit à petit, j’ai changé le chocolat au lait à 30% de cacao par du chocolat noir à 85%. En passant par du chocolat au lait à 55%, 65% puis du chocolat noir 70%. Il m’a fallu 2 mois pour y arriver mais maintenant, je ne pourrais plus revenir en arrière ! Comme quoi, les goûts changent quand on s’accroche !

Au bout de 2 semaines, 1re effet constaté, mon visage n’avait plus aucun bouton d’acné alors que j’en avais toujours 4 ou 5 qui persistaient. C’était tout bête mais cela m’a motivé pour continuer.

Salé

Ensuite, j’ai continué ma détox de sucre en attaquant le salé, j’ai choisi des céréales non raffinées, davantage de légumineuses et j’ai augmenté ma part de légumes. Cela a été moins difficile que pour les desserts. En revanche, j’ai dû commencer à cuisiner un peu plus car il fallait aussi revoir les préparations à base de farine (pâte à tarte, à pizza, pain…). Heureusement, j’avais choisi une période où j’avais moins de travail donc je ne rentrais pas trop tard le soir.

détox de sucre pizza

Globalement, je ne regardais pas le nombre de calories car le plus important était de limiter le sucre et de bien choisir les féculents. Je n’ai donc pas hésité à prendre noix, amandes et noisettes pour compenser mes pulsions sucrées avec un peu de chocolat noir (1 ou 2 carrés me suffisaient car très fort en cacao).

Quand j’allais au restaurant, je prenais entrée/plat au lieu de plat/dessert. Et puis je demandais au serveur de remplacer les féculents IG haut par des légumes.

Bilan après 1 mois de ma détox de sucre

A la fin du 1er mois, ça allait déjà mieux, j’avais nettement moins envie de sucre, ce qui était assez hallucinant car j’avais toujours eu des pulsions sucrées. Et autre effet positif non négligeable, mon transit était nettement meilleur après des années de constipation. Je peux vous dire qu’à ce moment-là, j’étais contente et plutôt fière de moi.

Cerise sur le gâteau, j’ai perdu 1 kg. Cela peut paraitre peu mais avec la quantité de noix et amandes que je prenais chaque jour, je n’y croyais pas !

L’importance de faire un planning

J’ai toujours aimé cuisiner mais souvent en semaine, c’était service minimum par manque de temps. J’ai alors décidé de m’organiser et de réaliser des plannings de menus mais aussi d’anticiper la cuisson des légumes car c’est souvent eux qui sont longs à cuire et qui sont importants.

Même si au départ, j’ai mis 1h pour réaliser mon planning, maintenant, je ne prends que 15 min !  C’est essentiel car c’est lui qui permet de tenir dans le temps.

Je prévoyais souvent des repas simples en semaine mais toujours en prenant le temps d’ajouter des herbes, épices, graines et autres assaisonnements qui font la différence.

On continue la détox de sucre

détox de sucre patate douce

Après ce 1er mois qui n’a pas été facile tout de même, la suite a été plus zen. Les pulsions sucrées étant moins fortes, j’ai pu diminuer un peu les oléagineux et la quantité de féculents IG bas car j’en prenais peut-être un peu trop au début pour être rassasiée.

J’ai élaboré des plats salés plus savoureux la semaine et j’ai réalisé pas mal de tests le week-end. Je notais toutes mes recettes sur un cahier et mes impressions. Je partageais aussi sur instagram @0sucre_et_igbas , une autre manière de me motiver.

Mon dessert fétiche est devenu un fromage blanc de brebis ou végétal nature + 1 cs de purée de noisette + 1 fruit.

En collation ou en dessert express, je prenais simplement 2 carrés de chocolat noir 86% et 5 noix.

Un nouveau mode de vie que je partage

Au bout de 4 mois, j’avais perdu 5 kg au total, c’était mon objectif alors ensuite, j’ai pu réaugmenté un peu les portions de féculents IG bas et autres ingrédients très gras.

Avec le temps, j’ai aussi remarqué de nombreux bienfaits sur ma santé : pas de rhume et autres maladies depuis 4 ans, meilleures analyses de sang (glycémie, cholestérol, triglycérides), moins de fatigue en journée, meilleur sommeil, zenitude…

Béregère Philippon

Cela a été un tel bouleversement pour moi que j’ai décidé d’écrire un 1er livre « Je réussis ma détox sucre » (Editions Larousse cuisine) pour raconter mon expérience et expliquer scientifiquement, sous forme de schémas, les dangers du sucre en excès, les sucres cachés, les alternatives, etc. Et puis, comme j’adore cuisiner, j’ai aussi partagé mes recettes de cuisine préférées, rapides et surtout zéro frustration !

Cela fait maintenant 4 ans que je mange ainsi. Mon poids reste stable et je me sens pleine d’énergie ! Ce que j’apprécie, c’est que l’on trouve quasiment toujours des alternatives. Ce n’est pas une alimentation frustrante, cela ressemble à la cuisine d’avant, moins industrielle.

Avec le temps, je me rends compte que cuisiner me détend, prendre le temps de préparer un repas sain et gourmand me fait plaisir et m’enlève le stress accumulé dans la journée.

Et puis, je suis heureuse de pouvoir aider les autres à rééquilibrer leur alimentation, sans frustration. Je reçois tous les jours des témoignages de perte de poids et surtout de meilleure santé sur mon compte Instagram @0sucre_et_igbas

Bérengère PHILIPPON
Auteure et coach en nutrition, titulaire d’une maitrise SVT/chimie + formation en nutrition
Maman de 2 enfants
Instagram @0sucre_et_igbas Facebook @0sucreIGbas
Livres : Livres – 0 sucre et IG bas (zerosucreetigbas.fr)

Lisez également :
Alternatives IG bas pour remplacer certains aliments
Alimentation à IG bas : ma détox de sucre
Indice glycémique bas : notre guide des farines

Laisser un commentaire