La conservation de vos cosmétiques maison

La cosmétique maison s’est démocratisée depuis quelques années. J’ai moi-même commencé la « tambouille » maison en 2008. En 10 ans, la pratique s’est largement répandue, et le nombre de blogs « cosméto » n’a cessé d’augmenter. Comme toujours avec la toile, il y a du bon et du mauvais, et les « mythes et légendes urbaines » vont bon train. Cependant, je ne cesse de voir des aberrations quand à la conservation de vos produits « home-made » :  Non, l’extrait de pépins de pamplemousse, le jus de citron et l’huile essentielle d’arbre à thé, ne sont pas des conservateurs !  Je vous propose donc un B.A.BA de la conservation pour vos préparations.

Bien souvent, on souhaite passer à la cosmétique maison afin d’utiliser des ingrédients bio, sains et de qualité, afin d’éviter tous les différents dérivés pétroliers et autres perturbateurs endocriniens utilisés en cosmétique conventionnelle (vaseline, paraffine, EDTA, parabens). Mais il est extrêmement important de bien se documenter avant de se lancer, si on ne veux pas le résultat inverse : des produits chargés en bactéries et moisissures, qui vont vous amener plaques, boutons, infections, et autres réactions en tous genres.
A titre d’exemple, une crème cosmétique est généralement composée de la manière suivante :

  • Une phase aqueuse (la plus importante) : de l’eau, un ou plusieurs hydrolats, une infusion, une décoction, de l’aloé vera, etc…
  • Une phase huileuse : des huiles végétales, des beurres végétaux (karité, coco, cacao, etc…), des cires (abeille, soja, carnauba, etc..)
  • Un émulsifiant : qui va servir a lier la phase aqueuse à la phase huileuse.
  • Des actifs : huiles essentielles, acides de fruits, acide hyaluronique, allantoïne, etc….
  • Un ou plusieurs conservateurs.
1 – La phase aqueuse :

C’est la partie la plus importante en quantité dans votre crème, en général entre 60% et 80% de votre préparation, puisque c’est la partie « hydratante« . Cette phase ne peut absolument pas se passer de conservation. Ayant suivi une formation HACCP (réglementation sur les bonnes pratiques d’hygiène), je vous rappelle que l’eau conservée entre 10°C et 65°C est un nid à bactéries et à microbes. En dessous de cette températures les bactéries entrent en sommeil, et au dessus de 100°C on commence à les tuer. Votre crème va en général rester à température ambiante dans votre salle de bain. De plus, vous allez régulièrement mettre vos doigts dans le pot afin d’en prélever la dose à utiliser… et vos doigts sont aussi une source de contamination… Il et donc plus qu’important d’ajouter un conservateur « clean » à cette phase si importante.
L’ Alcool Benzylique ou le Cosgard :  bien que d’origine synthétique (INCI : Benzyl alcohol, Dehydroacetic acid, eau) il est un des rares conservateurs autorisé en bio, c’est un antibactérien et antimicrobien à large spectre. Il suffit de 0,6% du poids total de votre phase aqueuse pour qu’il soit efficace, à ajouter à froid en fin de préparation et bien mélanger pour homogénéiser.

2 – La phase huileuse : 

Cette partie sera moins importante en quantité que la phase aqueuse, mais c’est la partie « nourrissante » de votre préparation. Certaines huiles ont tendance à rancir et à s’oxyder très rapidement, car elles ne contiennent pas ou peu de vitamine E, un antioxydant puissant. L’huile de coco en contient très peu (0,0083mg pour 10 ml), alors que l’huile de germe de blé en contient énormément (14mg pour 10 ml). Afin de conserver au mieux votre préparation cosmétique, vous pouvez donc utiliser de la Vitamine E en complément, et ainsi préserver vos huiles et vos beurres végétaux du rancissement. De plus, la vitamine E est aussi un excellent actif anti-âge pour vôtre peau, particulièrement pour les peaux sèches et les peaux matures, ainsi que dans les soins après-soleil. Le dosage à respecter est de 0,3% du poids total des huiles en tant que conservateur et jusqu’à 0,5% du poids total de la préparation en tant qu’actif anti-âge.

Avec ces deux produits, vous pourrez conserver vos préparations à température ambiante, dans votre salle de bain, pendant plus de trois mois et sans craindre de contamination par des germes, bactéries et autres microbes. Un dernier petit conseil, plutôt que de mettre vos doigts directement dans votre pot de crème, utilisez une petite spatule, que vous pourrez nettoyer et stériliser à l’alcool entre chaque utilisation !

Leave a Comment