L’alimentation cétogène, bonne ou mauvaise idée ?

La diététique cétogène est une alimentation pauvre en glucides et très riche en lipides. Elle est notamment utilisée pour soigner certaines pathologies, dont la plus connue est l’épilepsie chez les enfants.

Cette diététique à la mode, en plus d’avoir des bienfaits envers certaines pathologies, pourrait également permettre de perdre du poids.

Nous évoquons pour vous le principe de ce régime et ses aspects positifs et négatifs.

Quel est le principe de ce régime ?

Nos besoins alimentaires à ce jour sont constitués de protéines, lipides et glucides avec respectivement en moyenne 11 à 15 % de protéines, 30 à 35% de lipides, et 40 à 55% de glucides.

La diététique cétogène impose une toute autre répartition avec des besoins en protéines passant à 20%, et une réelle différence entre les glucides et les lipides.

Les glucides passeraient à 10% et les lipides à 70% en moyenne.

Le principe de base est de diminuer les réserves de glycogène du corps afin de produire des corps cétoniques via la cétogenèse, qui est une réaction métabolique de l’organisme.

Cette réaction est mise en place quand l’organisme ne peut plus utiliser ses réserves de glucose pour produire l’énergie dont il a besoin. 
L’énergie est alors fournie par des corps cétoniques.

Quels sont les effets bénéfiques d’une diététique cétogène ?

La perte de poids

Perdre du poids en mangeant presque que du gras, c’est difficile à croire, et pourtant… le régime cétogène, comme évoqué plus haut, force l’organisme à puiser son énergie dans les réserves de graisses via la cétose. Le simple fait de forcer l’organisme à déstocker permet à certaines personnes de perdre beaucoup de poids en peu de temps.

Cependant, il faut être vigilant quant à l’effet rebond. Dès la réintroduction des glucides :  féculents, fruits et légumes, la reprise de poids peut être soudaine, rapide et même plus importante qu’au départ. La restriction cognitive pousse à des comportements addictifs et induit le phénomène des effets yoyos de perte et prise de poids suite aux régimes restrictifs.

Le diabète

Selon certaines études, le régime cétogène permettrait une meilleure régulation de la sensibilité à l’insuline et donc une meilleure stabilité du taux de sucre dans le sang, ce qui améliorerait les résultats du diabète de type 2. Mais il est important de noter que certains diabétiques sous traitement ont besoin d’une certaine quantité de glucose par jour. Sans suivi, ils pourraient aggraver leur diabète et faire des crises d’hypoglycémies plus ou moins sévères.

Le cancer

Il a été démontré que la diététique cétogène pourrait diminuer la progression des cellules cancéreuses. En sachant que celles-ci se nourrissent de glucose pour survivre, la diététique cétogène pourrait permettre de limiter la progression des cellules cancéreuses en les privant de leur source d’énergie principale.

Les maladies neurovégétatives comme Alzheimer ou Parkinson

Les patients atteints d’Alzheimer présentent un dysfonctionnement neuronal et notamment l’assimilation du glucose par les neurones. Sous le même principe, le glucose étant la principale source d’énergie du cerveau, le fait de changer la source d’énergie disponible permettrait d’améliorer les pathologies neurodégénératives.
Néanmoins, à ce jour, il n’existe pas d’études fiables à ce sujet.

L’épilepsie chez les enfants

Pour finir, de nombreuses études fiables ont démontré l’efficacité du régime cétogène dans l’amélioration de l’épilepsie chez les enfants, mais moins chez les adultes.

Que peut-on manger en diététique cétogène ?

Insister sur les matières grasses

Idéalement, il faudrait insister de façon plus poussée sur les matières grasses végétales en utilisant des huiles comme celles d’olive et de tournesol riches en oméga 6, et celles de colza, noix, soja et lin riches en oméga 3.

Les graines oléagineuses sont également très riches en « bonnes » matières grasses. Il est donc possible plusieurs fois dans la journée de consommer une poignée d’amandes, de noisettes, de graines de sésames, de noix, de noix de cajou, de pécan ou du Brésil, de macadamia, de pistaches …
Mais aussi des graines de tournesol, lin, colza, sésame et des pignons de pin
.

Concernant les matières grasses animales, il faut augmenter sa consommation de laitages, de fromages, de crème fraiche …
Mais aussi de viandes, de poissons et d’œufs.

Limiter sa consommation de glucides

En limitant les féculents (pâtes, riz, semoule, pommes de terre, pain blanc, pain complet …) mais aussi les légumineuses (lentilles, pois chiches, pois cassés, haricots rouges, flageolets …)

Il faut limiter au maximum tous les apports de sucres simples (bonbons, viennoiseries, chocolat …)

Pour finir, afin de diminuer sa ration en sucres, il faut également consommer le moins possible de fruits et choisir des légumes pauvres en glucides.

Il ne faut pas sous-estimer sa consommation de protéines

En consommant au minimum une portion de viande, poisson ou œufs le midi et le soir. Il est aussi possible d’en ajouter au petit-déjeuner.

A quoi ressemble une journée de diététique cétogène ?

Petit-déjeuner

  • Thé vert sans sucres
  • Yaourt nature
  • Œuf brouillé au fromage

Déjeuner

  • Une tomate à la vinaigrette
  • Un filet de saumon et courgettes sautées au curry
  • Un morceau de comté

Collation

  • Une poignée d’amandes
  • Une tisane sans sucre

Dîner

  • Un demi avocat
  • Un filet de dinde et haricots verts à l’ail
  • Petits suisse nature
  • Un carré de chocolat noir (facultatif)

Quels sont les risques de ce régime cétogène ?

Les carences

Le potassium et le magnésium sont retrouvés en grande quantité dans les féculents. Les fruits et légumes quant à eux sont riches en vitamines C, B et en fibres.

Ne plus consommer de féculents et de fruits et légumes peut induire certaines carences en vitamines et minéraux.

Le régime cétogène peut aussi dérégler le transit et provoquer une constipation due à l’affaiblissement des apports en fibres.

Des dérèglements sanguins

Le régime cétogène pousse à augmenter ses apports en matières grasses végétales mais aussi animales. Ces matières étant très riches en acides gras saturés, il y a un risque de développer une hypercholestérolémie et/ou une stéatose hépatique, en d’autres termes : un foie gras.

A ce jour, le régime cétogène est très intéressant pour certaines pathologies et pour amorcer une perte de poids.
Néanmoins, il peut se révéler dangereux dans certaines situations.
Il nécessite donc un suivi auprès d’un diététicien ou d’un médecin nutritionniste afin de vérifier ses constantes biologiques régulièrement tout au long du régime.

LE BERRIGAUD Laureline, Diététicienne de l’Assiette Pensante

Laisser un commentaire