L’Art de manger en pleine conscience

Manger en pleine conscience

Vous connaissez peut-être la méditation en pleine conscience, pratiquée notamment par les Bouddhistes. Mais, saviez-vous qu’il était possible de vivre en pleine conscience ? Et aussi, de manger en pleine conscience ? Cette méthode, que j’ai expérimentée il y a plusieurs années, m’a totalement libérée de mes liens conflictuels avec l’alimentation. Explications.

Qu’est-ce que la pleine conscience ?

Encore appelée « pleine présence », « présence attentive » ou même « mindfulness », la pleine conscience est un état de l’être. Un « art d’Être », oserais-je même dire. Il s’agit de faire l’expérience de l’ici et maintenant, d’être pleinement dans le moment présent et laisser son esprit vagabonder, sans porter de jugement de valeur sur ses pensées. Simplement accepter le fait qu’elles nous parviennent, avec plus ou moins d’insistance, et les laisser repartir pour, toujours, revenir à l’instant T que nous vivons avec intensité.

C’est donc lâcher prise quant au passé (ces souvenirs que nous ressassons parfois) et au futur (cesser les projections mentales). Cela est possible lorsque nous acceptons les idées, les pensées, les images qui arrivent à notre esprit mais que nous les éloignons, gentiment, telle une bulle de savon. Autrement dit, identifier cette image puis la mettre de côté (pour éventuellement y revenir plus tard).

La pleine conscience peut se vivre lors de moments privilégiés (une méditation que l’on s’accorde, par exemple, pour faire baisser son niveau de stress) mais également dans les actes du quotidien. On parle même de faire l’amour en pleine conscience, pour être pleinement présent(e) à soi mais aussi à son partenaire… Et pourquoi ne pas l’expérimenter… En faisant la vaisselle ? Voyons en quoi manger en pleine conscience peut nous enseigner :

La pleine conscience dans l’assiette

Nos modes de vie très speed nous contraignent parfois à « manger sur le pouce », devant la télé allumée, notre clavier, en lisant nos mails… Difficile alors d’être pleinement présent(e) au moment qui se vit. Personnellement, la pleine conscience m’a réconciliée avec mon assiette, après plusieurs années de troubles alimentaires (anorexie puis hyperphagie).

Les troubles de l’alimentation ne sont rien d’autre qu’une déconnexion à soi, à son corps et au lien qu’on entretient avec la nourriture. La pleine conscience amène alors ce lien indispensable, et ajoute du sens dans ce que l’on fait. Dans cet exemple précis de l’alimentation, manger en pleine conscience consiste à :

  • Mettre du sens dans le choix des aliments
  • Mais aussi, dans notre façon de cuisiner,
  • De repenser notre façon de nous nourrir,
  • De comprendre les bienfaits d’une nourriture saine
  • Et enfin, de nous réconcilier avec notre corps.

Comment s’initier à l’art de manger en pleine conscience ?

Méditation

Manger en pleine conscience est, en soi, une démarche de développement personnel. En mettant de côté les idées que l’on tourne en boucle dans sa tête, on va pouvoir se découvrir différemment et sous-peser ses croyances alimentaires, par exemple, « Le chocolat, ça fait grossir » ou encore « J’ai besoin de protéines animales pour être en bonne santé »…

La méditation guidée pour apprendre à lâcher prise

En premier lieu, pratiquer quotidiennement 15 à 20 minutes de méditation, guidée ou non, est un excellent exercice pour apprendre à lâcher prise (Voir l’article : “La méditation, qu’est-ce que c’est ?”).

Même si, parfois, on a l’impression d’être envahi(e) de pensées parasites pendant toute la durée de l’exercice, cela reste bénéfique si l’on s’astreint à les repousser pour se focaliser sur le moment présent. Le mental enregistre cette mécanique et cela devient ensuite plus facile, au quotidien, de se relâcher face à des pensées agressives ou répétitives.

Un autre exercice, que j’ai personnellement expérimenté en m’initiant à l’Art de manger en pleine conscience, et qui est très apprenant : celui de la dégustation. Le concept est plutôt sympathique et je vous le recommande vivement !

La dégustation

Manger en pleine conscience

Je vous invite à vous asseoir, dans un cadre calme et détendu, devant… Un carré de chocolat noir ! Vous avez 20 minutes (pas moins) pour le déguster, le savourer, et faire le tour de toutes les émotions et sensations qu’il vous procure. Vous pouvez, si vous le souhaitez, prendre des notes à la fin des 20 minutes. Bouchée après bouchée, et même miette après miette, concentrez-vous sur ce carré de chocolat et faites appel à vos 5 sens :

  • Quelle odeur a-t-il ?
  • Comment est sa texture, plutôt lisse ou en relief ?
  • Quel est le premier goût lorsque le chocolat arrive en bouche ?
  • Quelle sensation sur votre langue ?
  • Et sur votre palais ?
  • Quelles images vous viennent en tête pendant la dégustation ? …

Cet exercice nous invite à la lenteur, pour avoir le temps d’apprécier ce que nous avalons parfois en quelques secondes, de façon automatique. C’est souvent l’occasion de démystifier un aliment-tabou et de se rendre compte que ce chocolat-là n’est pas exceptionnel en soi mais que nous lui accordons une valeur autre : symbolique, affective, émotionnelle…

Ainsi, c’est avec cette philosophie de la bienveillance (envers soi-même) que j’ai pu me libérer de mon addiction à la nourriture. Elle m’a également permis de ressentir que les produits animaux ne me convenaient pas. Et, pire encore, qu’ils n’étaient pas en concordance avec mes valeurs profondes, à savoir l’amour, la bienveillance et l’éthique.

Et vous, vous êtes-vous déjà initié(e) à l’art de manger en pleine conscience ?

Stéphanie, consultante et formatrice culinaire chez La Véganista