Les ingrédients cosmétiques à éviter

Ingrédients cosmétiques à éviter

L’industrie cosmétique connait de plus en plus de scandales lié aux composants qu’elle incorpore dans les produits de soins et d’hygiène. Parabènes, PEG, sulfate, chlore… La liste est longue et l’opinion publique commence à prendre conscience du risque sanitaire que représentent ces composants. Afin de vous aider à y voir plus clair, je vous propose donc un tour d’horizon des ingrédients cosmétiques à éviter impérativement. Mais avant, voyons comment les repérer :

Ingrédients cosmétiques à éviter : je me fie à la liste INCI

Il n’y a pas de secret : pour débusquer les ingrédients cosmétiques à éviter – et croyez-moi, certains grands groupes usent et abusent de pirouettes marketing, et parfois même scientifiques -, il faut apprendre à décrypter la liste INCI (International Nomenclature for Cosmetic Ingredients). Vous savez, cette fameuse liste des ingrédients en latin que peu d’entre nous prennent le temps de lire tant elle semble rébarbative… Pourtant, elle regorge d’informations sur les ingrédients que nous mettons sur notre peau !

En vertu d’une directive européenne, les fabricants ont l’obligation de l’afficher sur les emballages des produits cosmétiques. Elle nous offre donc, à nous consommateur(trice)s une garantie de transparence sur les produits qui entrent en contact avec notre peau. Si la mention des noms des ingrédients en latin peut rebuter, elle permet une information uniformisée partout dans le Monde.

Sachez par ailleurs que les ingrédients sont toujours listés dans l’ordre décroissant. Ainsi, le premier ingrédient apparaissant dans la liste est le plus présent dans le produit que vous tenez en main. Et, bien que la liste INCI n’indique jamais la quantité exacte de chaque ingrédient, notez par ailleurs que les 5 à 6 premiers ingrédients représentent environ 70% de la composition totale du produit. Enfin, en cas de doute sur un ingrédient, n’hésitez pas à vous reporter aux différents sites dédiés à décrypter la liste INCI. (Voir l’article : INCI : Décryptez les étiquettes de vos cosmétiques”)

Les conservateurs, ingrédients cosmétiques à éviter

Ingrédients cosmétiques à éviter

Parabènes, phénoxyethanol, BHT et BHA, methylisothiazolinone, formaldéhyde, PEG

  • Les parabènes parahydroxybenzoate, E214, E215 jusquà E219 ) : après de nombreux scandales, aujourd’hui une grande partie de l’opinion publique sait qu’il faut fuir les parabènes. Ils sont reconnus comme étant des perturbateurs endocriniens, entraînent des dérèglements hormonaux et à plus long terme des cancers…  Et font donc partie des ingrédients cosmétiques à éviter impérativement !
  • Le phénoxyethanol : irritant et potentiellement cancérigène.
  • Les BHT et BHA (butylhydroxytoluène, butylhydroxyanisole) : allergisants puissants, avec des conséquences sur le sytème immunitaire.
  • Le methylisothiazolinone  : perturbateur du système nerveux, allergisant.
  • Le formaldéhyde (formol) : composant potentiellement cancérigène.
  • Les PEG (polyéthylèneglycols, toutes mentions PEG + chiffre) : placés à la place des parabènes dans les compositions, leur fabrication est en cause car elle produit du 1,4 dioxane. Or, celui-ci est un agent très certainement cancérigène, qui ne se dégrade pas dans l’environnement, ce qui en fait l’un des ingrédients cosmétiques à éviter absolument !

Les SLS

Sodium Lauryl Sulfate & Sodium Laureth Sulfate

  • Très irritants, ils sont utilisés avec grande précaution même dans les laboratoires.
  • Ce sont les composants principaux des produits ménagers (c’est aussi une des raisons pour lesquelles ce sont des ingrédients cosmétiques qu’on aimerait éviter !)
  • Décapants, ils agressent les muqueuses et facilitent l’introduction de produits toxiques dans le système sanguin, comme celui des parabènes ou de l’aluminium par exemple.

Les huiles minérales et la paraffine

Petroleum, mineral oil, paraffin, isoparaffin, paraffinum liquidium

  • Produits dérivés du pétrole, leur processus de fabrication est remis en cause.
  • Par ailleurs, elles sont occlusives et créent une barrière impénétrable.
  • Enfin, elles ne se dégradent pas et s’accumulent sur la peau : elles peuvent être comédogènes ou dérégler le processus d’hydratation de la peau, par exemple.

Les silicones

Composants finissant en -thicone ou -oxane

  • Ils ne sont pas biodégradables et s’accumulent dans l’environnement. C’est donc un composant très polluant.
  • Occlusifs, il ne laissent pas passer les soins et donnent cet effet faussement doux à la peau et aux cheveux.
  • Enfin, leur accumulation peut être la source de différents problèmes :  cheveux gras ou poisseux, chute de cheveux, manque de volume, boutons et imperfections…

Les amoniums quaternaires (quats)

Polyquaternium, quaterni, behentrimonium chloride, cetrimonium chloride

  • Les quats sont en général utilisés en remplacement du silicone.
  • Ils peuvent être très irritants et ont globalement les mêmes conséquences et effets que les silicones.

La liste des ingrédients cosmétiques à éviter pourrait continuer presque indéfiniment… Mais en éloignant déjà ceux-ci, vous êtes sur la bonne voie !

Comment éviter ces ingrédients cosmétiques controversés ?

Ingrédients cosmétiques à éviter

Comme expliqué plus haut, pour éviter les ingrédients cosmétiques controversés, le premier réflexe est d’apprendre à décrypter la liste INCI de vos produits cosmétiques… Et ceux, même de ceux qui vous paraissent les plus naturels. En effet, on ne le dira jamais assez, naturel ne veut pas dire exempt de toxicité. Et surtout, pensez à vous y référer systématiquement avant l’achat de tout nouveau produit. Certes, c’est un exercice de style fastidieux au début. Mais vous apprendrez vite à repérer les ingrédients que vous aurez bannis, n’en doutez pas !

Par ailleurs, pensez à vous tourner vers les produits cosmétiques labellisés bio. Si les cahiers des charges des labels bio n’ont pas tous les mêmes exigences, celles-ci restent dans tous les cas bien plus élevées que l’industrie conventionnelle. (Voir l’article : “Focus sur 6 labels cosmétiques”)

Plus précisément, je pense au label Nature & Progrès. En effet, il est connu pour être l’un des plus stricts – et donc, ipso facto, l’un des plus qualitatifs -. (Voir l’article : “Nature & Progrès, mon label bio chouchou”)

A très vite,

Asmae, auteure du blog Take it Green