Mon mode de vie vegan : mode d’emploi

Mode de vie vegan

Non, il ne s’agit pas dans cet article de vous raconter ma vie ! Enfin, quoique… Je souhaite avant tout démystifier le quotidien d’une personne qui se revendique vegan. Non, je ne fais pas d’incantations autour d’un feu les soirs de pleine lune… Tout comme je ne vis pas au milieu de la forêt, loin des hommes et de la civilisation. Ne pensez pas non plus que je sois la bobo parisienne, en quête d’un sens existentiel. Etre vegan, c’est beaucoup plus simple que ça  ! Je vous explique ce qu’est pour moi le mode de vie vegan :

Devenir vegan : un choix

Dans une société qui valorise la consommation de viande, qui encourage la corrida et qui loue les bienfaits supposés du lait, devenir vegan est bien entendu un choix personnel et non culturel. J’oserais même ajouter un choix éclairé, quand les médias, notre entourage, notre médecin traitant et même notre système de santé tout entier nous répètent à longueur de journée qu’il faut manger des protéines animales et prendre notre calcium dans les produits laitiers … Aller à contre-courant ne peut se faire que via la recherche d’informations alternatives. Elles sont certes accessibles, mais bizarrement pas reprises dans les publications officielles.

Zoom sur le lait, réputé acidifiant :

Mode de vie vegan

Parlons, par exemple, du caractère acidifiant du lait : le lait, certes riche en calcium assimilable, a pour effet néfaste d’acidifier notre organisme, ce qui a pour conséquence une déminéralisation aussi appelée ostéoporose. Plusieurs études ont souligné ce fait. Alors, comment ose-t-on encore aujourd’hui inciter les Français, au travers du PNNS, à consommer du lait pour leur santé ? Le but affiché est, justement, de lutter contre le risque d’ostéoporose. Ne serait-ce pas là un non-sens ?

Nous pouvons également consulter la documentation médicale des autres pays, comme les Etats-Unis, le Canada et la Suisse. Ainsi, l’Association Américaine de Diététique (composée de 70 000 praticiens de santé) répète, depuis plusieurs années déjà, qu’une alimentation végétalienne bien menée, riche en fibres, est l’alimentation optimale et ce, à tous les âges de la vie. Cette affirmation, basée sur de nombreuses études, est pourtant mise à mal dans notre pays (et même aux USA).

L’accumulation d’informations contradictoires aboutit à un manque de recul de notre part : qui croire ? J’ai envie de répondre, avec grande simplicité : écoutons notre cœur et notre bon sens. Et évitons de nous ranger du même côté que les lobbies… Car leur intérêt n’est aucunement notre santé, mais bien leur porte-monnaie.

Vegan : un mode de consommation revu et corrigé

Mode de vie vegan

Vivre vegan, c’est devenir végétalien et apprécier les bienfaits ressentis :

« Vivre vegan », c’est tout d’abord revoir son alimentation. Une plus jolie peau, une meilleure digestion, un sommeil plus réparateur et, le plus souvent, quelques kilos en moins… Les effets sont différents d’une personne à une autre mais tous constatent des effets positifs sur le bien-être et la santé. A condition de manger équilibré, évidemment. Mais l’alimentation n’est qu’un sujet parmi d’autres.

Vivre vegan, c’est reconsidérer ses choix personnels et en mesurer les impacts sur les animaux.

Pour en faire de plus judicieux. C’est se poser quelques questions : une heure de divertissement doit-elle mener à capturer des animaux sauvages pour un cirque, par exemple ? Ai-je envie de consommer des produits cosmétiques dans lesquels on retrouve les sous-produits de l’industrie de la viande ? Car, consommer de la viande, cela amène à vouloir valoriser les déchets des abattoirs … qui se retrouvent dans notre gel douche, dans notre rouge à lèvres ou dans notre shampooing. Rien ne se perd, tout se transforme, dit l’adage. C’est aussi le credo de l’industrie de la viande.

Vivre vegan, c’est aussi accepter de savoir.

Encore une fois, l’information est accessible. Accepter de regarder ce qui se passe de l’autre côté du décor : regarder un documentaire, visiter un abattoir ou une ferme dite pédagogique, se renseigner sur l’industrie de la laine (non, les moutons ne sont pas tondus pour leur bien-être et leur confort personnel).

Mode de vie vegan : demain, la norme ?

Avec notre regard actuel, il est souvent tentant de penser que le mode de vie vegan est « trop » : trop éloigné de ce que nous inculque la société. C’est en partie vrai. Mais pourtant… Imaginons. Une société morale, éthique et qui considère le mal fait aux animaux comme un crime à part entière (la loi allant d’ailleurs, de plus en plus dans ce sens). Demain, c’est (peut-être) ne pas être vegan qui sera considéré comme étant « trop » : trop injuste, trop immoral, trop individualiste (Voir l’article : « Devenir vegan : l’avenir est dans l’assiette »).

Et vous, avez-vous vous aussi adopté le mode de vie vegan ?

Stéphanie, consultante et formatrice culinaire chez La Véganista

1 Commentaire

  • Merci pour cet article simple mais qui retranscrit bien sans prosélytisme ce qu’est l’état d’esprit de la plupart des véganes.
    Vivement que cette espèce prétentieuse cesse de détruire sa propre maison et respecte enfin les autres formes de vie ! Mais ce voeu est vain…