Nos conseils pour « booster » la lactation

allaitement stimuler la lactation

L’allaitement est le phénomène le plus naturel qui soit. Et pourtant, il est parfois nécessaire d’avoir recours à quelques astuces pour stimuler la production de lait. Quelles plantes consommer ou éviter ? L’homéopathie peut-elle vous aider ? S’hydrater, oui, mais comment ? Nous vous livrons quelques astuces pour vivre votre lactation sereinement :

Consommer des plantes galactogènes

Le fenugrec :

Pour commencer, le fenugrec est une plante reconnue pour ses vertus galactagogues. Les graines de fenugrec contiennent des précurseurs hormonaux qui stimulent la production de lait.

Le fenugrec se consomme au cours d’un repas car c’est une plante hypoglycémiante, c’est-à-dire qu’elle pourrait faire baisser votre glycémie.

booster la lactation avec le fenugrec

Vous le trouverez sous forme de gélules que vous pourrez consommer jusqu’à l’amélioration de votre lactation. Cette plante existe aussi en tisane, en graines, en poudre ou sous forme d’huile.

Attention : le fenugrec se consomme en période d’allaitement, et non lorsque vous êtes enceinte.

Le fenouil :


En phytothérapie, ce sont les graines de fenouil qui sont utilisées pour stimuler la production de lait. En effet, en agissant comme un oestrogène, elles stimulent la lactation.

Le fenouil est riche en calcium, vitamine C et antioxydants. Il aide à la digestion et apaise également les coliques infantiles tout comme l’anis vert.

Vous le retrouverez en tisanes d’allaitement ou sous forme de graines à infuser.

L’anis vert ou étoilé :

C’est également une plante galactogène. Elle a pour réputation tout comme le fenouil d’apaiser les coliques infantiles. Elle peut également donner un goût doux et agréable au lait produit.

Vous le retrouverez sous forme de graines à infuser. Il existe par ailleurs bien d’autres plantes galactogènes que vous pouvez inclure dans vos tisanes ou dans vos préparations culinaires : la verveine ; l’ortiele basilicle cumin… Ou encore le galega.

Les plantes à éviter :

En revanche, certaines plantes sont à éviter. Elles sont dites « anti-galactogènes » et ont pour propriété de diminuer la production de lait. Il s’agit notamment du persil, de la menthe et de la sauge.

Astuce : s’ils diminuent la production de lait… Persil, menthe et sauge peuvent vous être utiles au moment où vous déciderez de diminuer l’allaitement.

Essayer l’homéopathie

Vous avez repris le travail et vous êtes épuisée ?  Il est bon de savoir que la qualité de votre lactation dépend de votre état général. Le stress et la fatigue peuvent diminuer votre production de lait.

L’homéopathie peut-être une solution ! Vous pouvez consommer du Ricinus communis 5CH et de l’Alfalfa 5CH, deux plantes qui stimulent les glandes mammaires. La posologie conseillée est de 5 granules de chaque et avant chaque tétées, puis 1 tétée sur 2 en fonction des résultats.

Une bonne hydratation booste la lactation !

Au cours de votre allaitement, il est recommandé de boire minimum 2 litres d’eau par jour. Tout simplement car la production de lait diminue vos réserves en eau de façon considérable. En effet, le lait est produit à l’aide de l’eau de votre corps. De plus, la composition de votre lait dépend de votre hydratation.

Pour augmenter votre hydratation, pensez aux tisanes d’allaitement :

tisane allaitement favorise la lactation

– Premièrement, elle vous hydratent tout en vous faisant plaisir.
– Deuxièmement, les tisanes d’allaitement stimulent la sécrétion de lait de par les plantes qui les composent.
– Troisièmement, elles peuvent diminuer les coliques de votre enfant, certaines plantes facilitant la digestion.

Vous pouvez les préparer vous-même en veillant à respecter les doses recommandées, mais vous pouvez aussi les trouver en sachets prédosés (qui sont souvent des mélanges de plantes).

Qu’en est-il de l’alcool ? Pendant votre grossesse, vous n’avez pas bu une goutte d’alcool, mais pendant l’allaitement c’est différent. Il est possible de recommencer à « fêter » les occasions particulières mais avec quelques précautions. Ainsi, vous pouvez boire un verre… Mais après la tétée : il ne faut donc pas nourrir votre enfant après l’apéritif ! Le but restant tout de même de minimiser vos prises de boissons alcoolisées.

Booster la lactation, côté nutrition 

Pendant votre allaitement, vos besoins sont augmentés. Pour les satisfaire, vous pouvez, en plus des trois repas principaux, prendre des collations équilibrées, à 10h et 16h par exemple. Si votre alimentation est équilibrée et que vous n’avez pas de carences, vous n’aurez pas systématiquement recours à un supplément vitaminique pendant votre allaitement.

  • Les mères allaitantes doivent avoir un apport en protéines conséquent. Consommez de la viande blanche et rouge, du poisson et des œufs de façon régulière. Si vous êtes végétarienne, il est important de vous supplémenter en vitamine B12.
  • Consommez des légumineuses, des légumes verts crus ou cuits pour un bon apport en fibres et surtout en vitamines et minéraux indispensables pendant cette période de votre vie.
  • Attention à limiter, voire éliminer, votre consommation de boissons excitantes comme le café, les sodas, les boissons énergisantes. Vous pouvez les consommer en prenant les mêmes précautions citées plus haut pour l’alcool.

D’autres petites astuces à ne pas négliger pour stimuler la lactation !

  • Mettre bébé à votre sein sans attendre qu’il vous réclame à manger. La stimulation régulière peut être une solution simple et efficace pour augmenter la production de lait maternel.
  • Faire des contacts peau à peau très régulièrement. Porter votre enfant contre vous est une vraie stimulation pour lui et pour vous.
  • Changer de sein au cours des tétés. Si vous souhaitez augmenter votre lactation, proposez à votre enfant les deux seins au cours de la même tétée.
  • Vous masser les seins de façon circulaire sans huiles particulières pour ne pas effrayer votre enfant par l’odeur et le goût de certaines huiles.
  • Adopter la bonne position autant pour vous que pour votre enfant.
  • Lutter contre le stress et prendre soin de vous : un bon état général est essentiel !

LE BERRIGAUD Laureline, Diététicienne de l’Assiette Pensante

2 Comments

  • Le LM n est absolument pas fabriqué grâce à l eau que nous buvons. Merci de vous renseigner correctement afin de ne pas induire de pauvre maman en erreur… Le LM est fait à partir de notre sang… comment pouvez vous encore publier ça de nos jours …

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire.
      En effet vous avez raison.

      Une partie des éléments du lait maternel provient de la filtration sélective du sang comme l’eau ou les sels minéraux par exemple.
      Le lait maternel est composé en majorité d’eau.

      Les besoins en eau de la femme allaitante doivent couvrir à la fois ses besoins à elle, c’est à dire environ 1,5 litre et les besoins liés à l’allaitement qui tourne entre 500 et 700 ml par jour.

      Pardonnez moi pour cette phrase mal tournée.

      Belle journée à vous et meilleurs voeux !