Pourquoi et comment faire un jeûne ?

Jeûne

Jeûner ? Arrêter de manger ? Et oui, arrêtons de trouver des excuses pour ne pas essayer ! Tout au long de l’année, vous avez cumulé angoisses, stress, fatigue, surcharges alimentaires, toxines diverses, mais aussi sédentarité, mauvaise hygiène de vie… Offrez donc des vacances à votre organisme ! Ainsi, le jeûne est un outil puissant qui va permettre de mobiliser notre Force Vitale au service de notre pouvoir d’auto-guérison, aussi bien physique, que psychique et émotionnel ! Cette pratique est connue depuis l’Antiquité pour ses bienfaits sur la santé et utilisée dans toutes les Médecines Traditionnelles. Dans nos cultures plus proches, nous connaissons bien le carême, le ramadan, Yom Kippour… aussi pratiquées pour une régénérescence de l’esprit et du corps.

Où vais-je trouver mon énergie
durant le jeûne ?

La principale source d’énergie de notre organisme, ce sont les glucides, ce sont les premiers utilisés. Ils sont en effet les nutriments les plus faciles à transformer en énergie. Quand vous vous arrêtez de manger, il faut à peu près 12 heures pour consommer cette réserve (puisque lorsque nous en mangeons plus que nécessaire ils sont convertis et stockés… En graisses).

Si vous passez plus de 12h sans manger, il va falloir chercher l’énergie ailleurs et puiser dans les graisses de réserve : dans les muscles et le foie, puis les tissus adipeux.

Il faut savoir qu’un homme svelte de 70 kg, porte naturellement une dizaine de kilos de tissu adipeux, soit théoriquement de quoi subvenir à ses besoins durant plus d’un mois. Tout est donc prévu par la nature pour que nos cellules adipeuses, au nombre de 20 milliards, soient notre principal réservoir d’énergie.

Lorsque ces graisses sont brûlées, elles produisent des corps cétoniques, c’est ce que l’on appelle la cétose… Et c’est là que nous allons profiter des bienfaits du jeûne ! La cétose se caractérise par une bouche sèche, un goût amer, une haleine de bonbon anglais dit-on… Mais aussi une énergie claire et un sentiment de bien-être.

Que se passe-t-il dans mon organisme ?

Organisme

Lorsque nous jeûnons, cela génère diverses réactions au sein de notre organisme :

  • Tout d’abord, nous utilisons nos graisses. Intéressant, non ? Et même, doublement, car la plupart des toxines sont stockées dans les cellules graisseuses. Ces toxines se trouvent donc libérées, remises en circulation et de ce fait traitées par les émonctoires.
  • Ensuite, nous détoxifions notre foie. C’est ce que l’on attendait de notre jeûne, mais il va falloir essayer que ça se passe le plus en douceur possible. En effet, c’est de là que peuvent venir des inconforts : maux de tête, nausées, fatigue, mucosités dans le système ORL, boutons…
  • Nos reins vont également se libérer. Souvent, au début, les urines sont chargées, des douleurs musculaires apparaissent… Une acidose passagère peut s’installer.
  • Le jeûne impulse par ailleurs l’autophagie !  C’est d’ailleurs l’un de ses réels avantages, récemment découvert. Ainsi, l’organisme, en manque d’énergie, va se mettre en mode adaptation : les cellules saines réduiront leur métabolisme, mais les cellules dysfonctionnelles, abîmées, tumorales, cancéreuses vont s’auto-détruire et serviront même d’aliment à l’organisme : c’est du grand recyclage !
  • Enfin, il a un effet dopant sur notre organisme. En effet, le développement des cellules souches est stimulé, l’organisme renouvelle ses cellules, donc améliore sa longévité.

Nous comprenons ainsi les vertus de régénération du jeûne, et son effet préventif sur notre santé ! Voyons maintenant quel jeûne choisir parmi les divers types qui existent :

Quel jeûne choisir ?

Notre jeûne quotidien

Et oui, chaque jour, nous jeûnons ! C’est le cas pendant la nuit, où se passent minimum 6h (10h sont préférables) sans prise alimentaire, du repas du soir à celui du lendemain matin. C’est pour cela que l’on a appelé le premier repas de la journée le « dé-jeuner », devenu ensuite le petit-déjeuner !

Le jeûne intermittent

Jeûne intermittent

Ce type de jeune est également appelé “fasting” en anglais. Il s’agit ici d’allonger le jeûne nocturne, soit en sautant le repas du soir, soit en ne prenant pas de petit-déjeuner, afin d’atteindre 16h sans aucun aliment, et donc 8h pour s’alimenter. Par exemple, si votre repas du soir est avant 20h, vous ne remangerez que le lendemain à midi.

Il existe également une autre méthode de jeûne intermittent, consistant à jeûner 1 jour par semaine. Aussi efficace, elle peut mieux convenir à votre organisation. Elle consiste, si vous choisissez de jeûner le lundi par exemple, à prendre un dernier repas léger le dimanche soir, le prochain repas étant alors le petit-déjeuner du mardi, sans excès aussi. Pensez juste à boire un à deux litres d’eau de bonne qualité pendant la  journée du lundi.

Le jeûne type Buchinger

Ce jeûne tient son nom du Docteur Buchinger, qui créa une clinique en Allemagne, en 1920, afin de recevoir des personnes en jeûne thérapeutique. Aujourd’hui encore, deux cliniques reçoivent toujours de nombreux jeûneurs en collaboration avec Recherche et Universités…

Cette technique, entre autres prises en charge, autorise la consommation d’un jus frais à l’extracteur le matin et d’un potage léger le soir, plus tisane et eau de source toute la journée.

Le jeûne hydrique

Ce type de jeûne consiste quant à lui à ne boire que de l’eau et des tisanes douces, non sucrées (mélisse, verveine, thym…).

Le jeûne total ou jeûne sec :

Le jeûne sec implique de ne consommer ni aliment ni eau, c’est une démarche dangereuse, que je déconseille car elle peut menacer le pronostic vital. Si toutefois vous voulez vous y aventurer, veillez à vous faire accompagner par une personne compétente, on n’est pas tous(tes) des yogis !

La mono-diète

Mono-diète

Enfin, la mono-diète est elle aussi un jeûne, beaucoup plus facile psychologiquement et en pratique. Là, vous pourrez conserver votre rythme habituel de repas, il faut simplement choisir un seul type d’aliment que vous pourrez consommer à volonté.

Il s’agit donc de déterminer un aliment simple à base de glucides d’origine végétale (mieux dégradé dans l’intestin et plus nourrissant pour la flore), qui vous fait plaisir à la saison où vous choisissez de jeûner, qui soit sain et qui vous soit équilibrant. Par exemple : carottes (cuites et crues), pommes, jus de légume, riz, mais aussi, peut-être plus connu, raisin (Voir l’article : “C’est le moment de la mono-diète de raisin !”).

De plus, fruits et légumes alcalinisent l’organisme !

Comment mettre en place un jeûne ?

S’il s’agit d’un jeûne de plus d’un jour, il y a quelques bases à connaître afin que vous viviez une expérience positive et que vous ayez le goût de la reproduire. Sinon, trop de petites choses (l’insécurité, la détoxification, l’ennui…) peuvent vous décourager et vous la rendre très inconfortable. Et, dans tous les cas, le « mot clé » est l’envie !

Je jeûne seul(e), sans accompagnement particulier

Préparer son jeûne

Si vous choisissez de jeûner seul(e) :

  • Prévoyez alors un maximum de 5 jours de jeûne (surtout si c’est une première expérience), que vous ayez opté pour une mono-diète, un jeûne hydrique ou Buchinger.
  • Je préconise par ailleurs 3 jours de préparation, pendant lesquels vous éliminerez progressivement et dans cet ordre : protéines animales, céréales puis matières grasses… Pour ne garder, le dernier jour, que des légumes crus et des fruits mûrs. Si la préparation est bien faite, la sensation de faim pendant le jeûne disparaîtra dès le 2ème jour…
  • Prévoyez aussi de faire de l’exercice physique en plein air, de mettre en place chaque jour un exercice de gestion du stress (relaxation – yoga – méditation – marche dans la nature…) et de bien dormir.
  • Enfin, la reprise alimentaire se fera sur le même schéma que la descente, mais à l’envers, sur 3 jours également. Zapper la reprise par impatience vous ferait perdre les bénéfices de cette semaine d’efforts consentis…

Je choisis de jeûner en groupe

Jeûner en groupe est l’idéal pour une première fois ! Il existe de plus en plus de lieux où des professionnels peuvent vous accompagner (vous en trouverez un grand choix sur le Net). Ils vous proposent en parallèle diverses activités plus ou moins sportives. Ce type de formule me paraît plein d’avantages pour celui qui n’a jamais jeûné et qui est plein(e) d’incertitudes :

  • La sécurité d’un encadrement professionnel (naturopathe généralement)
  • La dynamique de groupe, très porteuse
  • Le fait d’être affranchi du poids de ses habitudes en étant hors de son cadre quotidien
  • Le cadre, généralement confortable et en pleine nature
  • Les propositions d’activités adaptées : randonnée, yoga, relaxation, méditation et autres… Jusqu’au golf !
  • Des propositions de soins : massage – réflexologie – sauna – jacuzzi…
  • Du temps pour dormir, se reposer, lire, rêver… !
  • Et, souvent, des ateliers ou conférences sur des thèmes de santé naturelle…

Le jeûne est-il bon pour la santé ?

Effets du jeûne sur la santé

Bien mené, un jeûne comporte de nombreux avantages pour notre organisme :

  • En premier lieu, il constitue un bon nettoyage organique des toxines, tissus et cellules mortes…
  • Il favorise par ailleurs le repos des organes digestifs, et donc la réparation et la régénération de leurs cellules.
  • Même s’il vous permet de perdre du poids, il est surtout intéressant pour apprendre à réguler votre appétit. Par la suite, faites-vous accompagner pour une stabilisation.
  • Il améliore notre système immunitaire. Ainsi, les cellules de défenses de notre corps sont plus alertes.
  • Il libère de l‘énergie, non utilisée par la digestion, et ainsi disponible pour d‘autres tâches métaboliques dont diverses réparations, guérisons, cicatrisations…
  • Par ailleurs, il améliore le sommeil la nuit et la vigilance pendant la journée, de même que la sensation de bien-être, de vitalité, de plaisir de faire… Ce, grâce à la sécrétion augmentée de sérotonine et de dopamine, neuromédiateurs essentiels dont la sécrétion se trouve augmentée au bout de 4 à 5 jours de jeûne. Sans même parler de  cette impression de dépassement de soi extrêmement valorisante !
  • Le jeûne permet aussi de réguler la tension, de normaliser les triglycérides et le cholestérol.
  • Il régénère notre peau, combat l’acné et l’eczéma
  • Et s’avère un très bon préventif à un bon vieillissement !
  • Pour des personnes ayant des pathologies lourdes et suivies par un(e) professionnel(le), on peut assister à des réajustements fonctionnels entre organes rénovés, et parler de “chemin de guérison”…

Le jeûne, réponse universelle à tous les maux ?

Attention toutefois, le jeûne ne doit pas être considéré comme la réponse universelle à tous les maux ! En effet, il dépend de la Force vitale du jeûneur et du degré de dégradation de ses tissus.

Le jeûne que l’on appelle hygiénique, destiné à remettre les “compteurs à zéro”, est conseillé à tout un chacun. Il nous permet ainsi d’aborder la saison suivante avec plus d’énergie et d’avoir de bonnes réponses immunitaires. Il peut être considéré comme un outil de vitalité et de longévité ! En revanche, si vous souhaitez faire un jeûne thérapeutique, celui-ci devra être supervisé par un thérapeute compétent. On ne badine pas avec la santé !

Quelques contre-indications

Si le jeûne, bien mené, a son lot d’avantages, il est toutefois contre-indiqué dans les cas suivants :

  • Grossesse et allaitement
  • Troubles psychiques du comportement alimentaire
  • Personnes trop faibles et amaigries
  • Insuffisance hépatique ou rénale
  • Médication chimique lourde
  • Maladie chronique type diabète…

Personnellement, je suis d’avis que ces aventures, qui peuvent apporter beaucoup en mieux-être et en connaissance de soi, soient mises en place avec la meilleure bienveillance envers vous-même afin de pouvoir être renouvelées avec plaisir. Mais il ne faut oublier que la meilleure recette de santé reste d’apprendre à manger « bon » et équilibré, faire de l’exercice et limiter son stress !

                                                            Martine Calvet – Naturopathe

Pour aller plus loin :

https://www.escale-en-soi.fr/

1 Commentaire

  • Comme tout musulman, je jeûne pendant le mois de Ramadan. Cette année, avant le Ramadan, je somnolais après les repas, et parfois, je m’endormais littéralement notamment après celui du soir du soir. Le Ramadan a commencé le 13 avril. Il s’agit, sur le plan alimentaire, de s’abstenir de la consommation de tout solide et de tout liquide, depuis 4 heures du matin jusqu’à 21 heures. J’ai remarqué après une vingtaine de jours de jeûne que mes somnolences avaient disparu. Les musulmans pieux jeûnent de façon volontaire car ce n’est pas une obligation tous les lundis et les jeudis ainsi que pendant les jours de pleine lune toute l’année. Le jeûne, associé aux mouvements de génuflexion qui accompagnent les cinq prières quotidiennes font que les personnes âgées qui pratiquent l’Islam restent actives et en forme très longtemps.