Batch cooking : réinventer la cuisine !

Batch cooking

Chaque matin et chaque soir, hiver comme été, qu’il pleuve ou qu’il fasse beau… La même question revient inlassablement : qu’allons-nous donc bien pouvoir nous mettre sous la dent ? Car on a beau aimer les plaisirs de la chère, quand on rentre du travail, on n’a bien souvent qu’une seule envie : mettre ses pieds sous la table… Et, le week-end, nous ne sommes pas forcément alléchés par l’idée de passer des heures derrière les fourneaux. Doit-on alors renoncer au plaisir de repas sains et gourmands ? Peut-être… Ou peut-être pas ! Et si on vous disait qu’il est possible de concocter des plats variés, sains, et même carrément gourmands en un minimum de temps ? A en croire nos voisins anglo-saxons, la solution tient en deux mots : le batch cooking. Tour d’horizon de cette tendance qui en a déjà fait craquer plus d’un (moi la première !) :

Batch cooking, vous avez dit batch cooking ?

Issue de l’anglais, l’expression « batch cooking » (appelée également “meal prep“) veut littéralement dire « cuisiner en lots ». Concrètement, cette pratique consiste à préparer plusieurs plats à l’avance – généralement, le week-end – afin de gagner un maximum de temps en semaine.

Au moment de passer en cuisine chaque jour, il ne nous reste plus qu’à assembler, réchauffer / cuire nos préparations… Et en deux temps trois mouvements, nous voilà assis devant une assiette savoureuse qui ne nous aura demandé que quelques minutes en cuisine !

Pourquoi succomber à cette tendance ?

Ne vous fiez pas à son seul côté « dans l’air du temps » : loin d’être l’une de ces nouvelles tendances que l’on prend… Et que l’on jette, le batch cooking pourrait bien révolutionner votre rapport à la cuisine ! En effet, il présente des avantages de taille :

Un gain de temps considérable :

D’une part, on prépare à l’avance notre liste de courses, ce qui nous évite de flâner dans les rayons du supermarché (ou de craquer sur n’importe quelle gourmandise parce que « tiens, il fait faim ! »). D’autre part, préparer plusieurs repas en même temps prend moins de temps que de préparer chaque repas un à un au fil des jours, puisque pendant qu’un plat chauffe, vous en concoctez un autre et ainsi de suite.

Des économies réalisées :

Puisque vous faites vos courses muni(e) de votre liste, vous ne succombez pas à des achats impulsifs. Par ailleurs, vous n’avez pas besoin de faire des courses d’appoint au cours de la semaine (qui, allez savoir pourquoi, semblent toujours grever notre budget alimentation de manière surprenante!). Ce qui nous amène au gaspillage alimentaire (moins de gaspillage d’aliments = moins de gaspillage d’argent) :

Une diminution du gaspillage alimentaire :

Toujours grâce à votre liste, vous achetez uniquement ce dont vous avez besoin. Finis les aliments achetés “au cas où” et qui finissent inéluctablement oubliés dans un coin de nos placards… De plus, tous les aliments étant préparés immédiatement ou presque, il y a peu de risques d’en oublier un au fond de notre frigo, de voir nos légumes (de saison !) ramollir un peu plus chaque jour… Ou encore de dépasser une date de péremption.

Une alimentation saine et variée :

Destiné à simplifier notre quotidien, le batch cooking utilise un minimum d’aliments pour concocter un maximum de plats. Ainsi, vos patates douces seront par exemple cuisinées farcies un jour, pour finir en velouté le suivant. Les lentilles corail, quant à elles, serviront aussi bien à préparer un dahl aux douces saveurs indiennes qu’un houmous… Et ainsi de suite.

Par ailleurs, en faisant la part belle aux aliments frais et de saison, et en écartant les plats raffinés et / ou industriels, le batch cooking est également au service… De notre immunité ! Une alimentation riche en produits frais, bruts, offre en effet de meilleurs apports nutritionnels à notre organisme.

Une diminution de notre charge mentale :

Avouons-le, réfléchir à ce que nous allons manger relève bien souvent de la prise de tête. Sans compter qu’à la fin d’une longue journée, la tentation est grande de se rabattre sur les mêmes aliments, ou, pire encore, craquer pour un plat tout fait… Bonjour culpabilité ! Avec le batch cooking, quand on rentre le soir, il n’y a plus qu’à attraper nos bons petits plats dans le frigo, assembler, réchauffer ou cuire… Et savourer ! Plutôt tentant, non ?

Le batch cooking, pour qui ?

Tout le monde peut s’adonner aux joies du batch cooking ! Cette pratique s’adapte en effet à n’importe quel régime alimentaire (carnivore, flexi, végéta*ien, sans gluten…).

Batch cooking veggie

Remarque : dans le cadre d’une alimentation carnivore ou pesco-végétarienne, la viande et le poisson seront à consommer de préférence en début de semaine, pour des raisons évidentes de fraîcheur.

Il devrait vous séduire si comme moi vous êtes de celles (ou ceux !) qui, par manque d’idées, en reviennent toujours, saison après saison, aux mêmes aliments, cuisinés de la même manière… Et ainsi de suite. De même, si vous appréciez le plaisir de bons petits plats sains et variés mais que vous n’arrivez pas à dégager de temps pour cuisiner dans vos journées bien remplies.

L’idée de passer 2 heures en cuisine vous rebute ?

Et si nous voyions les choses… Autrement ? Alors, oui, l’idée de consacrer deux heures pleines et entières à la cuisine peut rebuter, de prime abord. Mais n’est-ce pas aussi l’occasion rêvée pour transformer une habitude – appréciée ou non – en routine qui nous fait du bien ? Il faut garder en tête en effet que le batch cooking n’est pas une énième corvée qui s’ajoute à notre – longue – liste de choses à faire, mais au contraire, une pratique dédiée à soulager notre emploi du temps quotidien. Cela vaut le coup d’y investir deux heures, non ?

Et puis, c’est peut-être aussi un bien joli prétexte pour mettre toute la petite famille aux fourneaux, et ainsi faire de ces deux heures un moment aussi convivial qu’utile !

Pssst : Décidément, deux heures d’un coup en cuisine, c’est trop pour vous ? Et si vous assouplissiez les règles du batch cooking… En créant les vôtres ? (Voir l’article : “Une semaine de batch cooking végétal”)

De quoi ai-je besoin pour me lancer ?

Si le batch cooking ne nécessite pas d’ustensiles ou contenants précis, voici tout de même quelques astuces pour « batch cooker » en toute sérénité :

  • Ayez à portée de mains des contenants de toutes formes et tailles afin de ranger de manière optimale vos diverses préparations. Ainsi, les bouteilles (en verre !) s’avéreront utiles pour conserver puis servir vos sauces et autres préparations liquides. Par ailleurs, un pot haut sera plus pratique pour préserver vos soupes qu’une boite carrée (j’en ai fait l’expérience)…
  • Privilégiez les contenants en verre, particulièrement ceux qui sont adaptés à une conservation au frigo et au congélateur, plutôt que le plastique, moins durable et décrié pour les potentiels risques de migration de substances nocives dans les aliments.
  • Préférez également les contenants hermétiques, type bocaux Le Parfait, pour une bonne préservation de vos préparations.

Vous l’aurez compris, le batch cooking offre une cuisine simple, rapide, saine et savoureuse… De quoi convertir les fins gourmets les plus hermétiques à l’idée de cuisiner !

Et vous, êtes-vous aussi adepte du batch cooking ?

Marion B.