Une semaine de batch cooking végétal

Batch-cooking végétal

Revoir son alimentation, consommer plus durable, plus éthique, plus responsable : OK ! Mais à condition de ne pas passer trois heures pour chaque repas. Chiche ! Parce que l’alimentation ne devrait pas être relayée à la dixième position sur votre liste de priorités, je vous donne mes astuces pour manger sain, « fait-maison » et de saison chaque jour… C’est parti pour une semaine de batch cooking végétal !

Batch cooking végétal : l’art de bien faire les courses

Vous souhaitez démarrer une transition alimentaire et vous initier à la cuisine sans produit d’origine animale ? Vous êtes déjà végétarien(ne) ou végétalien(ne) mais peinez à organiser vos repas ? Il n’y a pas de secret : tout réside dans l’organisation !

Personnellement, je ne suis pas pour pratiquer strictement la méthode dite du batch cooking, qui consiste à cuisiner les 14 repas de la semaine en 2 heures chrono (Voir l’article : “Batch cooking, réinventer la cuisine !”).

En revanche, je puise dans cette méthode quelques règles pleines de bon sens qui permettent de simplifier notre quotidien en cuisine. Et, bien s’organiser pour bien cuisiner, cela commence par les courses !

Batch-cooking végétal : les courses

Les produits incontournables à toujours avoir en stock

Pour vos courses, un mot d’ordre : prag-ma-tisme ! Inutile de noter les fruits et légumes à acheter : je vous conseille plutôt de suivre la saisonnalité et d’opter pour ce que vous trouvez spontanément sur les étals. C’est l’hiver et vous n’aimez pas le chou ? Qu’à cela ne tienne ! Cuisinez-le de trois façons différentes (au minimum) avant de tirer des conclusions. Ainsi, avez-vous déjà goûté :

  • La soupe de chou vert et de pomme de terre ?
  • La poêlée de chou rouge (ou de chou blanc) au sel fumé ?
  • Le chou-fleur rôti aux épices ?
  • La purée de choux de Bruxelles ?
  • Le chou chinois au wok et à l’huile de sésame ?

Batch cooking végétal : j’anticipe

De retour du marché ? Une petite session en cuisine s’impose donc. Si vos fruits et légumes sont de qualité biologique, vous n’aurez pas à les éplucher, mais simplement à les brosser (et un peu de temps de gagné !).

Batch-cooking végétal

Je cuisine en quantités :

Pourquoi ne préparer qu’un seul plat de lasagnes ou de gratin ? Préparez-en 3 ou 4 et congelez-les. Cela ne vous prendra pas beaucoup plus de temps de préparer 1 litre de béchamel au lieu de 25 cl ! En revanche, cela vous permettra d’avoir à portée de main un plat maison lorsque vous n’aurez pas le temps de vous mettre aux fourneaux.

Si j’enfile mon tablier, ce n’est pas pour éplucher 3 carottes ! Ainsi, quand je suis en cuisine, j’en profite pour éplucher toutes les carottes que j’ai achetées : une partie sera râpée et servira pour une salade, une autre partie sera coupée en fines rondelles cuites façon vichy, par exemple. Résultat : l’opération « épluchage de carottes » m’aura permis de préparer 2 légumes soit la base de 2 repas. Cela m’offre donc un ratio gain de temps intéressant !

Je prends de l’avance :

  • De même, lavez et émincez tous les végétaux que vous avez achetés et profitez-en pour, de temps en temps, préparer des conserves de fruits ou de légumes lacto-fermentés (à base de saumure) (Voir l’article : “Aliments lacto-fermentés : aliments santé !”).
  • Vous pouvez par ailleurs blanchir les légumes et les surgeler pour une utilisation ultérieure.
  • Pensez également à faire cuire les céréales et les légumineuses à l’avance : ils serviront de base pour une salade (froide) ou accompagneront un plat chaud.
  • Préparez plusieurs pots de sauces, pestos, coulis de fruits ou légumes et congelez-les. En effet, il est bien pratique d’avoir une sauce tomate maison sous la main en cas de besoin !
  • Enfin, vous pouvez faire de même pour les pâtisseries : préparez des biscuits, des cupcakes et des gâteaux type quatre-quarts… et congelez-les. Cela vous évitera ainsi d’acheter des biscuits industriels !

Bref, essayez d’acquérir quelques réflexes, par exemple :

  • Faire tremper les légumineuses le matin pour les cuire le soir.
  • Avoir toujours de jeunes pousses dans votre germoir (il suffit de les rincer à l’eau claire 2 fois par jour).
  • Ou, enfin, décongeler un plat le matin pour ne plus avoir qu’à le réchauffer le soir, après une journée bien remplie…

Je cuisine… Et je prends plaisir à le faire !

Il est plus simple, je trouve, de préparer des ingrédients bruts que je n’ai ensuite plus qu’à assembler, cuire à la vapeur, rôtir, assaisonner, poêler… Au dernier moment.

Batch-cooking végétal

Cette façon de fonctionner laisse davantage de place à la spontanéité : le légume constituant la base du repas, il vous suffira de vous demander comment l’agrémenter au dernier moment. Avec une céréale ? Sur un fond de tarte ? En salade ? En tartinade ? Etc.

Ainsi, vous ouvrez votre frigo et vous avisez … Selon votre humeur ! Croyez-moi, cette organisation a du bon : en effet, elle allège la charge mentale qui pèse sur nous. Plus besoin de se torturer l’esprit avec le fameux « Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? », puisque vous savez que quelque chose vous attend dans votre frigo !

Autre conseil : interdisez-vous de ne faire fonctionner le four que pour un seul plat. C’est beaucoup plus économique (et plus pratique) d’enfourner 2 voire 3 plats à la fois. Vous vous apprêtez à enfourner une tarte aux légumes de saison ? Profitez-en pour préparer une fournée de cookies, par exemple.

Prêt(e) pour une semaine de batch cooking végétal ?

Stéphanie, consultante et formatrice culinaire chez La Véganista