Drainage de printemps : je bichonne mon foie

Drainage de printemps

Le printemps pointe le bout de son nez : vous l’avez senti à tel point que vous avez laissé vos fenêtres ouvertes, et sorti un tee-shirt d’été. C’est également signe qu’il est temps de faire le grand ménage dans votre intérieur… Oui, dans votre organisme, vos organes, et surtout ceux qui vous servent de filtres. En effet, il y a fort à parier qu’ils sont «encrassés», fatigués… Vous avez déjà fait un drainage au début de l’automne ? C’est très bien ! Maintenant, le moment est venu d’offrir à votre organisme un drainage de printemps :

Notre corps, notre véhicule

Comme pour notre voiture, il faut veiller aux vidanges régulièrement ! Pour notre corps, le drainage se fera au printemps et automne. En effet, ne trouvez-vous pas que vous avez le teint blafard, le cheveu triste, l’œil qui pleure, vous toussez, grattez (allergies direz-vous…)

Votre sommeil est agité. Le matin, vous n’avez même pas faim, vous vous sentez encore chargé(e) de la veille, nauséeux(se), et ces maux de tête, cette fatigue… Et une tendinite qui s’y met, à moins que ce ne soit une nouvelle douleur d’arthrose. En plus votre vue baisse… L’hiver vous aurait-il donc fait vieillir plus vite ? Vous vous faites de la bile, vous êtes irritable. Courage, on nettoie ! Souvenez-vous, nous avons déjà parlé des organes filtres : foie, reins, intestins, poumons, peau, utérus (Voir l’article : “Je chouchoute mes émonctoires !).

Au printemps, c’est le foie que l’on bichonne !

  • Il est particulièrement paresseux ?
  • Ces derniers mois, vous avez du prendre des médicaments ?
  • Vous prenez un traitement médical au long cours ?
  • Par le passé, vous avez eu des atteintes hépatiques importantes?
  • Vous aimez un peu trop «faire la fête» ?

Alors, il faut commencer tout de suite à mettre votre foie en forme, à le régénérer, à le soutenir, pour qu’il ait la force de faire ce nettoyage appelé drainage. Et il est essentiel de se caler sur le début de saison.

Vous allez, grâce à des plantes amères, aider au travail d’expulsion des toxines (produits normalement par notre métabolisme) et toxiques (intrus que nous avons fait rentrer dans notre organisme : additifs, médicaments, alcool et drogues diverses, pollutions).

Remarque : ce travail se fait naturellement un peu chaque jour ! En l’aidant par ces drainages, vous contribuez ainsi à la prévention des petites maladies telles rhinites, sinusites, tendinites, douleurs d’arthrose, eczéma, hémorroïdes, etc.

Quels sont les effets du drainage
de printemps ?

Désolée, le drainage de printemps n’est pas toujours une opération très glamour… Cela va dépendre de votre état d’intoxication, mais c’est nécessaire. En effet, votre vitalité et votre bon vieillissement en dépendent !

Alors, que pouvez-vous craindre ? Nausées, intestins barbouillés, diarrhées, langue chargée, maux de tête et boutons qui s’accentuent, eczéma ou vieilles douleurs qui ressortent… Mais aussi, moins envie de manger. Alors, surtout, écoutez-vous, cela ne peut que vous aider !

Bien sûr, et heureusement, vous n’aurez pas tout en même temps. D’ailleurs, la plupart du temps, vous n’aurez pratiquement aucun de ces symptômes. Si je vous dis ça, c’est pour que vous n’arrêtiez pas votre drainage brutalement si vous rencontrez une de ces difficultés… C’est juste le signe que ça marche ! Ralentissez un peu les doses ponctuellement, mais persévérez. Néanmoins, consultez quand même un praticien de santé si l’inconfort dure plus de 3 jours.

Autre point important, certains font de l’œdème dans les chevilles, dans les doigts, ont des douleurs, des raideurs le matin… Ayez la vue large et pensez aussi à solliciter les reins, à éliminer les cristaux, à favoriser le drainage lymphatique. En effet, les reins complètent le travail du foie. D’ailleurs, il se trouve que beaucoup de plantes à visée hépatique sont aussi drainantes des reins, veillez à les rechercher. De ce fait, les filtres secondaires en profitent aussi une fois le drainage fini :

  • Les intestins évacuent mieux,
  • La peau perd ses boutons et impuretés.
  • Les poumons, le système ORL n’est étrangement plus encombré,
  • L’utérus retrouve sa sérénité (moins de douleurs menstruelles), et le cycle un rythme apaisé.

Un drainage dure maximum 3 semaines, pas plus ! Au-delà, vous fatigueriez vos organes.

Comment faire mon drainage de printemps ?

Pour votre drainage de printemps, misez sur les plantes alliées du foie et des reins… Et les légumes de saison !

Desmodium et Chardon-Marie, les plantes hépatiques suprêmes

Drainage de printemps : Desmodium, Nutrivie

En première intention, pour soutenir l’action de votre foie, optez pour du Desmodium, la plante hépatique suprême, ou du Chardon-marie.

L’aubier de tilleul, draineur hépato-biliaire

Drainage de printemps : aubier de tilleul, Nutrivie

L’aubier de tilleul, également draineur hépato-biliaire et urinaire, peut quant à lui être pris en décoction ou en ampoule.

Les autres plantes alliées de mon foie

Drainage de printemps :radis noir, Nat & Form

Pissenlit, artichaut, radis noir, romarin, fumeterre sont par ailleurs typiques du drainage du foie. Vous en trouverez ainsi des préparations sous différentes formes en compléments alimentaires bio.

Pensez aussi que la nature à cette saison nous propose justement un assortiment de tout ce qu’il nous faut ! Si vous allez gambader dans la campagne, vous pourrez cueillir ces plantes alliées vous-mêmes : fumeterre et romarin pour vos tisanes, asperges sauvages pour vos entrées, mais aussi pissenlits et autres salades sauvages (Voir l’article “Le pissenlit, un trésor pour notre corps !)…

La sève de bouleau, pour une action plus large

Drainage de printemps : sève de bouleau, Vegetal Water

La sève de bouleau fraîche, que vous pouvez peut-être récolter vous même, ou bien trouver en magasin bio en mars et avril, a une action plus large, tout en étant une délicieuse source d’énergie et de vitalité, elle favorise le drainage du foie et des reins. Elle peut donc elle aussi être idéale pour votre drainage de printemps (Voir l’article : “La sève de bouleau : bienfaits et conseils”).

Les légumes à cuisiner pour accompagner mon drainage de printemps :

Enfin, pour accompagner votre drainage de printemps, n’oubliez pas de choisir les légumes qui pointent leur nez au printemps, pour agrémenter ceux qui finissent l’hiver :

Drainage de printemps : je veille à ce que je mange… Et ce que je bois !

Faire un drainage de printemps, c’est bien, cependant il est important de l’accompagner en adaptant notre alimentation :

  • Ainsi, supprimez certains aliments : tout ce qui est industriel, fritures,  charcuteries, viandes rouges, fromages gras, mais aussi café, alcool…
  • Diminuez (voire supprimez) produits laitiers, sucres ajoutés, pain, pâtes, biscuits et cigarettes.
  • A l’inverse, favorisez les légumes en jus, crus, fermentés, cuits arrosés d’un filet d’huile de colza ; les fruits cuits ou crus en collation.
  • Mais aussi, buvez plus d’eau, de thé vert ou thé noir, tisanes…(Voir les articles : “Buvez de l’eau, de l’eau… Et encore de l’eau !” et “Tisane, thé, infusion : les reconnaître et les utiliser”).
  • Eventuellement, faites une mono-diète ou un jeûne. Si vous vous lancez dans cette aventure, renseignez-vous auprès de spécialistes, ou faites-vous accompagner. Vous pouvez aussi les prévoir pour quand il fera plus chaud, ou sur une période de vacances.
  • Allez dans la nature faire de l’exercice, des balades, s’émerveiller des fleurs, des bourgeons, des jeunes pousses… Respirez !
  • Couchez-vous plus tôt, pour faire des nuits plus longues.
  • Enfin, aérez votre maison, ouvrez votre esprit et accueillez le nouveau…

Le rire et la bonne humeur seront la signature d’un drainage bien fait,
avec sûrement quelques kilos en moins si vous en avez besoin.
Veillez à une reprise pleine de bon sens !

Martine Calvet – Naturopathe