illustration

Sans sulfites, Biologique, ou Biodynamique ?

La vigne, comme tous les végétaux, est influencée par son environnement. Ainsi, le climat, la géologie, la pédologie (propriétés physiques et chimiques des sols), mais aussi le cépage, vont directement influencer le type de raisin produit, et donc l’identité du vin. Au-delà d’ être un produit sain (avec modération), que signifie ce Bio ?

Le vin biologique
La certification biologique est un mode de conduite des cultures soumis à un référentiel précis et contrôlé. Il vous garantit des vins sans molécules de synthèse. Pour la culture de la vigne, les produits employés par les viticulteurs sont obligatoirement d’origine naturelle, afin de préserver et entretenir la vie des sols, de la faune et de la flore. Jusqu’en 2012, on ne parlait que de « vins issus de raisins de l’agriculture biologique ». Depuis, la commission européenne a établi des règles pour la vinification : certification du raisin et du vin, contrôles stricts dans les vignes et les caves, et analyses sur les raisins et le vin.

Le vin biodynamique
La “biodynamie” respecte les principes de bases de l’agriculture biologique. Cependant, ce système de production est surtout basé sur la prise en considération de l’influence cosmique de la lune et des alignements planétaires. Les bases de cette Biodynamie reposent sur les écrits de Rudolf Steiner (1924) : la culture y est vue comme un organisme vivant ayant sa propre individualité. En pratique, les viticulteurs utilisent des préparations issues de matières végétales (purins d’ortie, décoctions de prêle), animales (corne, sang), minérales (quartz), et une eau d’arrosage osmosée. L’application de ces préparations s’effectue à des moments clefs en fonction du calendrier lunaire et planétaire, et en rapport aux cycles de végétation de la vigne.

Le vin sans sulfites ajoutés :
Le vin contient naturellement des sulfites. En effet, lors de la fermentation, du dioxyde de soufre est produit : le fameux sulfite. Donc lorsque l’on parle de vin sans sulfites ou de vin « naturel », cela signifie plutôt « sans sulfites ajoutés lors de la vinification». Mais alors pourquoi certains ajoutent des sulfites ? Parce que les sulfites ajoutés servent d’antiseptique et d’antioxydant, une sorte d’antibiotique-like pour les vins, mais qui ont aussi tendance à acidifier le vin et à durcir les tanins. Sans parler des migraines et des réactions allergiques qu’ils peuvent entraîner…

Pour les vins conventionnels, c’est la loi qui fixe les taux autorisés en sulfites. Pour information, plus les vins sont sucrés (notamment les blancs), plus ils contiennent de sulfites pour les stabiliser.

Pour les vins biologiques, les sulfites sont autorisés, mais avec un taux diminué de 30 à 50 mg/Litre par rapport aux vins conventionnels.

Pour les vins biodynamiques, le taux de sulfites doit être réduit de 50 % par rapport aux vins conventionnels. A titre d’exemple, un vin rouge conventionnel aura un taux maximal de 160 mg/Litre, un vin biologique de 100 mg/Litre maximum, et un vin biodynamique de 70mg/Litre.